Royaume Gobelin Chapitre 8: Intrus

Salut à tous,

C’est parti pour le chapitre 8 ! Vous allez aimer, il est bien long !

J’ai laissé le nom des items (objets/équipements) en anglais parce que la traduction littérale est juste trop moche haha XD

Une modification : <<Démon en Chasse>> –> <<Âme Vagabonde>>

Rappel Personnage

Chapitre 8 : Intrus

[Race] Gobelin
[Niveau] 32
[Classe] Noble; Chef de la horde.
[Compétences] <<Leader de Groupe>> <<Esprit Rebelle>> <<Rugissement Surpuissant>> <<Maitrise de l’Epée C->> <<Avarice>><<Âme Vagabonde>>.
[Divine Protection] Altesia, Déesse des Enfers.
[Attributs]Ténèbres, Mort.

◆◇◇◆

 

Puisque le problème de la menace des orcs est réglé, je commençai à formuler un plan pour agrandir notre zone d’occupation.

La situation est la suivante : la zone avec les ruines abandonnées (Chapitre 2) nous procure assez de nourriture pour survivre. Il y’a aussi le lac à proximité, donc pas de pénurie d’eau.

De plus, il y’a tellement de proies à chasser qu’on ne risque pas d’en arriver un jour à bout.

Cependant, mon rêve n’est pas de m’installer dans un coin reculé comme celui-ci. Si je me déclare roi de cet endroit, je ne serai le chef que de 50 gobelins.

Ce n’est pas assez. Ce n’est pas assez du tout.

Je ne connais même pas ma position géographique dans ce monde.

Des humains habitent ce monde, donc il devrait y avoir quelque part sur ces terres une autre existence faisant régner l’autorité sur son territoire.

Que ce soit un dragon, un humain ou quelque chose d’autre.

La première chose à faire est de comprendre la géographie de notre environnement.

Jusqu’où s’étend la forêt ? Qu’y a-t-il au-delà de cette forêt ? Et où se situent les endroits dangereux de cette forêt ?

Pour collecter ces informations et leur faire comprendre le concept d’organisation, je dois éduquer ces gobelins.

Et donc, je les fis travailler en groupe de trois que je créai et leur ordonnèrent de chasser comme ça.

Chaque cellule (= groupe) de 3 gobelins mâles travaillait en tant que groupe, chassant leurs proies avec pièges et outils.

Dans le même temps, je ne permettais qu’au groupe de 3 gobelins qui rapportait le meilleur gibier de copuler avec les gobelines.

Peut-être que c’est parce qu’une part de mon humanité est encore présente que je n’eus aucun sentiment de compassion pour les femelles gobelins.

… Devrais-je m’en réjouir ?

J’appelle la zone où vivait mon premier groupe, la frontière, lorsque je vais m’y promener. C’est une zone plutôt sûre où plein de pièges ont été installés.

Ayant laissé le commandement des unités de chasse à Gi Gu et Gi Ga, je partis à la découverte des zones encore inexplorées.

Quand on parle des aires vierges de la forêt, la première à vérifier reste les alentours du lac.

La distance du village au lac à pied est d’à peu près une demi-journée. Pour le voyage, je n’avais que mon armure en peau obtenue en battant les orcs, deux épées longues et une dague.

Je n’ai pris que ça car je préfère favoriser la force globale du groupe, donc je ne peux rien y changer.

J’ai déjà donné tout ce qui semblait utilisable aux gobelins et je n’explore les environs du lac que par moi-même donc ça ne devrait pas poser de problèmes au village.

Caché dans les buissons, je cherchai un ennemi.

En tant que Gobelin Noble, je suis plus qu’un challenge pour un orc, mais il reste d’autres créatures plus puissantes que moi dans cette forêt. Comme l’araignée géante, ou un type d’orc que je n’ai jamais vu avant. Ou peut-être des hommes lézards… Et pour finir, il y’a les kobolds. Ils sont plus faibles que les gobelins mais sont assez embêtants s’ils travaillent ensemble. Je n’en ai vu aucun pour le moment cependant.

Plus dérangeant que ça, je n’arrive pas à faire confiance aux gobelins.

Je vis dans la peur constante d’être trahi.

Après tout, ce sont des bêtes. Même si ils parlent comme les humains, essayent de vivre comme les humains, ils ne sont pas humains. C’est pour cette même raison qu’il est impossible de leur faire comprendre certaines idées. Ce n’est pas si étrange pour moi de devoir trouver ma place au milieu de tout ça.

A l’apogée de ma chasse, je coinçais et tuais un ennemi assez puissant. Un peu plus tard, j’ai réalisé que je ne pouvais me rappeler d’aucun détail du combat à part une sensation d’euphorie. Je ressentis une montée de colère si forte que je pensais exploser.

Cette sensation était répugnante.

Je suis en train de devenir un monstre inhumain. Je peux le sentir.

Je peux voir une illusion de mon esprit ne faisant plus qu’un avec mon corps, comme dans l’histoire.

Sans aucun repère, j’ai le sentiment de me faire entraîner par une quelconque destinée.

Enervé, je grinçais des dents.

Je deviendrai Roi de mes propres forces !

Je régnerai sur ces monstres !

Et je régnerai sur les hommes !

Et… et…

 

◆◇◇◆

 

Alors que ces pensées se bousculaient dans mon esprit, je vis une des premières créatures de ce monde que j’ai chassé me passer devant les yeux.

Un lapin marron…recouvert d’armure, un Lapin Blindé. Je l’observais alors qu’il guidait 5 autres lapins vers un carré d’herbe pour manger.

—Maintenant que j’y pense, j’ai assez faim.

Me rappelant ma faim, je diminuai peu à peu la distance entre moi et ma proie.

Centimètre par centimètre, j’ai rampé en direction du Lapin Blindé. D’un coup, ses oreilles se dressèrent et il me vit avancer.

—Il m’a repéré !

En un instant, je me mis à sprinter.

En lui fonçant dessus, je tentai de lui porter un coup d’épée.

Mon épée trancha dans le vide, les lapins blindés s’étaient dispersés dans toutes les directions en un instant. Sauf un lapin plus lent que les autres. Je bondis une fois de plus.

Alors que le lapin s’apprêtait à s’enfuir, je le touchai d’un coup assez puissant pour laisser un sillon dans le sol.

Son cou s’envola laissant place à une éclosion de fleurs de sang, alors que son corps sans vie s’effondrait au sol.

Je pris la carcasse dans ma main et en pris une bouchée incluant l’armure. Mes crocs s’enfoncèrent dedans, mais c’était vraiment résistant. A tel point que mes crocs pourraient se briser si je continue, alors j’utilisai ma dague pour dépecer l’armure et manger seulement la viande.

C’était un petit lapin et je n’en fis qu’une bouchée. Tout ce qui restait était une sensation désagréable.

En rengainant mon épée, j’essayai de broyer les petits os restants mais sans succès. Puis j’ai inspecté plus en détail l’armure du lapin.

Il semble que ma réussite lors de cette chasse ne soit due qu’à la chance. Si j’avais frappé l’armure du lapin, ma lame n’aurait fait que rebondir dessus.

« Fumu» (expression de surprise)

Je soupirais inconsciemment. Pas la peine de s’attarder plus que ça sur le sujet.

Plus important,  je me demande si je peux récupérer cette armure comme équipement. Pour réaliser ce projet, il va me falloir un spécialiste de la couture, qui a la capacité de lui donner la forme adéquate pour protéger les parties vitales.

J’ai essayé de couper les parties indésirables avec la dague mais ça ne s’est pas vraiment bien passé. Ce genre de travail n’est pas adapté pour des mains de gobelins.

Il semble que je vais avoir besoin de mains humaines pour ça.

Au final, je décidai de tout ramener au village puisque cela pourra être utile dans le futur…

Après avoir fait un trou dans la partie en peau de l’armure, je fis passer une corde en vigne dedans et fis un nœud puis je transportai le tout dans mon dos comme un baluchon.

—Bien, mettons nous en route.

Marchant à travers les buissons, je surveillais les environs du lac jusqu’au coucher du soleil.

Mon butin du jour comprend 3 peaux de Lapins Blindés, les crocs et le cuir d’un petit alligator possédant des ailes.

 

 

◆◇◇◆

 

Le temps que je rentre au village, celui-ci était en effervescence.

Je fronçais les sourcils devant toute cette agitation, puis j’élevai la voix.

« Pourquoi tout ce vacarme ? »

« Roi ! »

Le vieux gobelin s’inclina respectueusement, mais son état d’excitation restait visible.

« Des humains. Des humains sont entrés dans la forêt. »

Etonnamment, c’est plus un problème qu’autre chose.

« Combien ? Avec quel équipement ? »

Gi Ga s’avança.

« Six humains. Deux avec haches, deux avec épées, une lance. Femelles, deux. »

C’est trop tôt. Je savais que nous entrerions en contact avec des humains un jour ou l’autre, mais ce timing est…

De plus, je ne connais même pas leur objectif.

Pourquoi sont-ils venus ? Nous éliminer ? Non, ce n’est pas comme si…

A ce moment-là, je me rappelai des femmes kidnappées.

Si leur but est de les récupérer, ils seront nos ennemis par la force des choses.

C’est possible qu’ils soient là pour enquêter.

Que faire ? Que faire !?

« Roi, vos ordres. »

Je baissai le regard vers le vieux gobelin soumis en réfléchissant. Je pourrais aussi juste les abandonner (les gobelins).

« Les humains sont-ils déjà rentrés dans la forêt avant ? »

Le vieux gobelin croisa les bras alors qu’il me regardait curieusement.

« Les humains se perdent dans la forêt plusieurs fois par an. »

Plusieurs fois par an ? C’est rassurant. Ça fait un mois que je suis venu au monde. Si je peux survivre un mois de plus, je suis sûr de devenir encore plus puissant que je le suis maintenant.

« Nous allons tuer cet ennemi. Gi Gu, prépares tes troupes. Gi Ga, gardes le village.

Prenant 40 gobelins avec moi, j’entrai en courant dans la forêt.

A la lueur du crépuscule, nous nous déplacions aussi vite que possible en évitant de croiser les araignées géantes et les lézards géants.

Ma vision nocturne, plus fine que celle des gobelins,  nous permit de localiser les humains.

Les humains avançaient péniblement à la lumière de torches en élevant la voix.

Confirmant leur position, j’ordonnai aux gobelins de se taire et de ramasser des pierres. Puis je tendis l’oreille pour écouter les humains.

« Finra, dis quelque chose ! »

« Où es-tu ? »

Ils semblent à la recherche de quelqu’un.

Les deux hommes portant des haches ont le dos courbé et ressemblent plus à des fermiers que des guerriers. Au contraire, l’homme et la femme maniant l’épée dégagent une impression de danger.

Mais ce que je n’arrive pas à discerner, ce sont les deux personnes au centre. Un homme et une femme qui portent des vêtements religieux.

Je ne vois aucun signe de force chez eux mais mon instinct me dit que ce sont les plus dangereux. Ou alors, je suis juste inquiet. Mais ces deux-là dégagent une atmosphère étrange.

L’homme émet une aura menaçante alors que la femme donne un sentiment éblouissant de divinité. C’est le genre de pouvoir caché que je peux apercevoir en eux.

Je n’étais pas enthousiaste au début, mais maintenant que les proies se tiennent devant moi, mon visage ne peut s’empêcher de se fendre d’un sourire.

Avec mes subordonnés dissimulés, j’apparus devant les 6 humains, me tenant au milieu du sentier étroit.

« Qu’est-ce que vous faites ici, humains ? »

Pour jauger les réactions, je leur posai la question en utilisant <<Rugissement Surpuissant>>.

Les deux hommes à la hache et la combattante à l’épée vacillèrent.

Mais le prêtre, la nonne, et le guerrier n’ont pas l’air affectés du tout.

Le cri enragé de mon <<Rugissement Surpuissant>> provenait des tréfonds de mon âme.

« Pourquoi y’a-t-il un gobelin de haut rang  ici ? »

Le guerrier ouvrit les yeux en grand. Et les deux hommes à  la hache firent un pas en arrière.

« Dire qu’il parle même le langage des hommes…Il est d’assez haut niveau, faites attention ! »

Hurla le prêtre en s’avançant pour couvrir la nonne.

J’analysais calmement leurs mouvements.

« Umm… si il peut communiquer, nous pourrions essayer de parlementer—»

Alors que mes oreilles captèrent le murmure de la nonne, le prêtre intervint.

« Impossible. C’est un monstre tu sais ! »

Apparemment submergé par la volonté du groupe, la nonne se retira à l’arrière. Alors que je l’observais, je conclus qu’elle n’est pas l’atout du groupe mais plutôt le point faible.

« Keifen, je peux te la laisser ? »

Réagissant aux mots du prêtre, le guerrier s’avança. L’aura se dégageant de l’homme était écrasante. C’est clairement un épéiste expérimenté. Pourtant, il avait l’air d’avoir la vingtaine. Ou est-ce la trentaine ?

L’homme maniait une épaisse et massive lame à deux mains.

« Ne me hais pas, c’est le destin ! »

Alors que je pensais qu’il portait sa large épée à double tranchant à l’épaule, il réduit la distance entre nous en un rush éclair.

–Pas bon !

Je réagis par réflexe et reculai en lançant ma dague.

L’épée frappa violement l’endroit où je me tenais, creusant un trou énorme dans le sol. Ce trou assez gros pour contenir un gobelin me laissa bouche bée un moment.

—C’est ça la puissance des hommes ?

La dague que j’ai lancée est en morceaux, éparpillés aux côtés du guerrier.

Comptant donner poursuite, une faible lumière engloba le corps du guerrier. Le prêtre derrière lui lançait un sort en murmurant quelque chose.

« Aucune chance de discuter, hin ? »

Dans ce cas, il n’y a pas d’autre choix que de me battre comme un monstre autant qu’il me plaît. Homme contre bête, c’est ce genre de setting (situation), alors… J’ai un style de combat parfait pour l’occasion.

« Faites-le. »

J’utilise <<Rugissement Surpuissant>> pour ordonner à mes subordonnés de jeter les pierres.

Même si ce n’est que des pierres, recevoir des pierres de la taille de poings de deux côtés simultanément n’est pas quelque chose de négligeable.

Les pierres volèrent les unes après les autres. Quelques-unes touchèrent les hommes avec des haches à la tête,  et ils perdirent connaissance.

« Zeon-sama ! »

« Reshia-sama !?  Arg, pas bon ! »

La jambe du prêtre était aussi touchée. La guerrière couvrait la nonne en criant, alors que le guerrier perdit sa concentration un instant.

Cependant, je n’aillais pas perdre cette opportunité tant attendu.

Je me propulsai d’un coup de pied au sol, sprintant du plus vite que je le peux. Puis j’attrapai le visage du guerrier, déformé par la peur, donnant un coup d’épée rapide.

Je sentis mon épée s’enfoncer dans sa chair jusqu’à ce que la lame s’arrête. Avec la jambe enfoncé dans le sol, le corps du guerrier se retourna sur son  axe. Au même moment, je me retournai pour faire face au guerrier et lui portai un deuxième coup dans le dos, visant la nuque.

« Ku… Dieu, accorde nous ta protection (Shield) ».

Le prêtre lança un sort et un mur se forma autour d’eux. Probablement de la magie. Un mur transparent en demi-cercle se tenait dans les airs, repoussant les pierres. Malheureusement, c’était un peu trop tard…

Du sang gicla, souillant la barrière de l’intérieur.

Le corps du guerrier tomba lentement au sol.

Accompagné par les échos des cris du reste du groupe, je brandis mon épée une fois de plus. Le prêtre est toujours dans mon chemin.

« Lili, prends Reisha avec toi et cours ! »

Une boule de feu se forma dans la paume du prêtre.

« Ressens la grâce de dieu par les flammes ! (Fire Ball). »

Une boule de feu de la taille d’un poing m’arrivait dessus en ligne droite. Je me penchai en avant pour l’esquiver puis me mis carrément à quatre pattes et fonçai vers le prêtre.

J’attaquai comme ça, dans cette posture digne d’une bête.

« Toi, monstre… »

La lame ébréchée cueilli les entrailles du prêtre. Elle le traversa en entrant par le dos et ressortant par l’abdomen. Le prêtre jura par tous les noms en crachant du sang à chaque mot. Mais il continuait à me bloquer le chemin, je pus entrevoir la lueur du fanatisme religieux dans ses yeux.

« Nous sommes les disciples de dieu. Ne tremblez pas devant la mort. L’avant-garde du diable…»

Je ne fus pas capable de me retenir en entendant toutes ces âneries religieuses et j’enfonçai  mon épée, lui retournant les entrailles.

Le  prêtre hurla comme si son âme s’échappait.

Juste avant que son âme rejoigne son dieu, je lui offris un cadeau de départ. J’approchai ma bouche près de lui et lui murmurai à l’oreille de façon à ce que seul lui puisse entendre.

« Tu sais, cette femme appétissante ? Je vais la tuer après avoir joué avec elle. »

Le prêtre écarquilla ses yeux d’horreur.

Je me demande à quelle femme il  a pensé.

Je retire la lame ébréchée du corps sans vie du prêtre d’un coup sec. D’un mouvement fluide, les caillots de sang attachés à la lame se dispersèrent.

Ce sang coagulé vint éclabousser  le visage de la guerrière qui protégeait la nonne.

Tremblante, la guerrière pointa son épée vers moi.

A cette vue, mon visage se tordit en un sourire sadique.

 

◇◆◆◇◇◆◆◇

 

Item : Acquisition de Iron Second (épée large en acier).

[Level] Votre niveau est monté du level 32 au level 43.

[Skill] Maîtrise de l’épée a progressée de C- à C+.

◇◆◆◇◇◆◆◇

Publicités

4 réflexions sur “Royaume Gobelin Chapitre 8: Intrus

Répondre à Meifumado Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s