Serment Chapitre 8.5: Le Calme Avant la Tempête

Salut,

Neito dans la place!

Et voila! Enfin la suite se diront les lecteurs m’ayant suivi depuis mes débuts sur EdN.

PS: lâchez vous sur Exserra, il a lu les chapitres depuis plusieurs jours mais il aimait vous regarder souffrir en attendant la suite 😉

(Italique=pensée où dialogue effectué par la pensé)

 

Chapitre 8.5: Le Calme Avant la Tempête

(Narrateur:Emilia)

Yuki était parti depuis maintenant 3h, la nuit était tombée et il n’était toujours pas rentré. L’humeur d’Ayumi en était affectée, elle faisait les 100 pas dans la chambre tout en murmurant des injures a son égard.

« Ayumi calme toi, il a dit qu’il reviendrait bientôt, fais-lui un minimum confiance. »

« C’est bien la réaction d’une personne n’ayant pas connaissance de sa nature. Auparavant, il sortait souvent la nuit et revenait très tard, arrivant à peine à tenir debout. »

« Mais tu n’as aucune preuve qu’il fasse de même actuellement. »

« Je ressens ce qu’il ressent et j’ai la nausée, je suis sûr qu’il est ivre mort à l’heure qu’il est. Attends qu’il rentre, il va m’entendre. »

Ayumi semblait bien connaître son frère.

Je devrais utiliser mon mana pour faire en sorte qu’elle garde une petite taille sinon je serais à court de mana dans peu de temps. Mais sa colère la faisait grandir de temps en temps, et si jamais son poids la faisait traverser l’étage, je ne saurais pas comment expliquer ça au propriétaire de l’auberge.

Quelques minutes plus tard, un bruit se fit entendre à la fenêtre de notre chambre.

Je pris mes précautions, avant d’ouvrir la fenêtre. Sora se tenait sur le balcon avec 3 personnes sur son dos.

« Princesse, ces personnes peuvent-elles rentrer? »

« Yuki nous a demandé de ne laisser personne rentrer. »

« Mon maître m’a envoyé vous voir, je voulais d’abord en discuter avec lui, mais il m’a repoussé en me disant qu’il n’était pas en état de faire quoi que ce soit. »

« J’en étais sûr, cet idiot a encore bu sans modération. Quand il va rentrer, ça va barder! »

« Excusez-nous, serait-il possible de rentrer, nous avons vraiment besoin de mettre cette petite au chaud. »

Dans les mains de cette fille se trouvait une gnomide blessée. Je fus surprise car ces créatures sont très craintives et extrêmement difficiles à trouver.

« Si Yuki est d’accord, je ne vois aucun problème. »

Elles rentrèrent, est deux d’entre elles se mirent à regarder Ayumi d’un air intrigué. Seule celle qui semblait être le mage ne lui prêta aucune attention, car trop préoccupée par l’état de la gnomide.

« Sora, tu devrais partir. Si un villageois te voyait, cela deviendrait la panique. »

« Ne vous inquiétez pas Princesse. La Lune me permet de cacher ma présence, aucun d’entre eux ne peut me voir, puis si jamais l’une d’entre elles tente quelque chose je pourrais intervenir à tout moment. »

Les deux autres se figèrent alors qu’elles s’approchaient d’Ayumi.

« Je pense que le mieux, c’est de nous présenter. Je m’appelle Yolande Eddal, chef du groupe d’exterminateur des Whites Gods de rang A. »

« Myuri Grant, protectrice du groupe, et la petite qui soigne la gnomide, c’est Minora Fallit. »

Il semble que Sora leur avaient déjà montré une scène peu plaisante pour qu’elles réagissent de cette façon.

« Moi, je suis Emilia Takahiro et la petite créature, c’est Ayumi, une sous-espèce de lézard qui s’est attaché à moi. »

« Excuse, je t’emprunte ton nom de famille. »

« Il n’y a aucun problème, il vaut mieux garder nos identités secrètes. »

« D’ailleurs, vous allez arrêter de me caresser, je ne suis pas un animal de compagnie! »

« Mais tu es tellement mignonne, pas vrai Myuri? »

« Comment ça se fait que tu sois aussi douce, puis pour être douer de la parole, tu dois être très rare. »

Ayumi se faisait secouer dans tous les sens, ce qui lui déplaisait au plus haut point. Alors que leurs chahut se faisait de plus en plus bruyant, Minora haussa la voix pour la première fois.

« VOUS ALLEZ RESTER CALME! VOUS N’AVEZ PAS L’IMPRESSION QUE JE SUIS DÉBORDÉE PAR LES SOINS ! »

Les deux autres s’assirent en tailleur et ne bougèrent plus.

« Minora-san, tu n’arrives pas à refermer la plaie? »

« Je pense que le dard sur la queue de la chimère secrète un poison, j’ai beau refermer la plaie, elle se rouvre instantanément. »

Je me positionnai à côté d’elle, et commençai moi aussi à prodiguer des soins.

« Je vais essayer de te soulager. Tu es très pâle, tu devrais te reposer pour récupérer du mana, nous alternerons cette nuit. Quand Yuki rentrera, il saura probablement quoi faire. »

« Vous avez l’air d’avoir une confiance absolue en ce Yuki. »

« Disons qu’il m’a sorti de situation désespérée plus d’une fois, si quelqu’un peut faire quelque chose, c’est surement lui. »

Une nuit fatigante et interminable commença.

***

(Narrateur: Ayumi)

Grand-frère n’était toujours pas rentré, et tout le monde dormait à part Émilia qui s’occupait des soins de la gnomide.

Je commençais enfin à avoir l’habitude d’être sous cette forme. Se déplacer à quatre pattes me semblait étrange au début, mais ce sentiment de gêne disparut rapidement.Cette forme était assez plaisante, ma vue, mon ouïe ainsi que mon odorat étaient bien plus développés que quand j’étais humaine.

Je fermai les yeux, prête à m’endormir, quand une conversation me parvint aux oreilles.

« Écoutez-moi, les étrangers se trouvent ici. On rentre, on les élimine et on repart ni vu ni connu. »

« Chef, ne vaudrait-il mieux pas les amener aux Dark alchimistes? Je préférerais plutôt faire ça que de perdre une fille aussi délicieuse que Mari. »

« Non, cet enfoiré a tué l’un des nôtres, ils doivent apprendre ce qui se passe quand on essaie de faire sa loi ici. »

Grand frère s’est fait remarquer à ce que je vois. Bon, ils doivent se trouver à l’arrière de l’auberge. Et si je leur rendais une petite visite?

Je m’approchai de la fenêtre quand Émilia m’interrompit.

« Où vas-tu Ayumi? »

« Il semble que nous ayons de la visite, je vais faire un peu de ménage, je reviens. »

« Je viens avec vous Ayumi-sama. »

« Je leur sauterais dessus en attaquant par le ciel. Toi, reste à l’entrée de la rue et si un essaie de s’enfuir, tue le. »

« Bien compris. »

Je pris une forme plus imposante et passai par le toit.

« Sora, ils sont cinq, je pourrais surement en éliminer trois par surprise. Dans le pire des cas, je te laisse te charger des restants s’ils essaient de fuir. »

« Il en sera fait selon vôtre désir. »

J’étais particulièrement excitée, la dernière fois que j’aavais pu ressentir une telle excitation, mon frère et moi faisions partie de la RÉBELLION.

Quand la 4ème guerre mondiale éclata, mon frère et moi avons vu tous nos proches mourir sous nos yeux. Cela a eu un effet sur nos personnalités, nous ne pensions plus qu’à une chose quand nous rencontrons quelqu’un: tuer ou être tué.

Nous avons été recueillis par Rébellion peu de temps après. Quand un de leur groupe était présent dans la ville où mon frère et moi nous nous trouvions, nous avons tué leur groupe, seul le chef restait. En voyant nos capacités, ils nous a invités à les rejoindre.

Nous faisions partie du groupe de mercenaire le plus puissant et le plus dangereux d’Asie, nous tuions sans distinction. Nous étions complètement brisés intérieurement.

Pour pouvoir nous contrer, les différents groupes s’étaient alliés et avaient réussi à nous diviser. C’est Rolando qui nous a sorties de ces journées de massacre, il nous a appris à refaire confiance aux autres et à apprécier la vie.

Mais pendant plusieurs mois, mon frère et moi avons tué tous les jours, c’était devenue une drogue pour nous.

Quand je suis tombé malade, j’étais désespéré, mais ne voulant pas inquiéter mon frère, j’ai tout fait pour ressembler à la sœur parfaite, je devais rester pure à ses yeux.

Mais ai-je vraiment envie de redevenir humaine? Sous ma forme de béhémoth, je suis forte, je n’ai plus mon corps affaibli d’autrefois. Je peux enfin recommencer à tuer…

Je ne pouvais pas m’empêcher de sourire, et je suis presque certaine que ma soif de sang pouvait être ressentie à des kilomètres à la ronde.

« Chef, j’ai un mauvais pressentiment. »

« J’ai la sensation d’être observé, je ne peux pas m’empêcher de trembler. »

« Nous avons perdu la trace de cet homme, mais la femme qui l’accompagne doit se trouver ici. Tu ne vas pas me dire que tu es effrayé par une femme seule? »

« Non, mais… « 

« Hé, c’est quoi cette chose gluante sur ton épaule. »

Oups, on dirait que j’ai du mal à ne pas baver face à un tel festin, je dois me reprendre, ce n’est pas digne d’une lady. Mon instinct de béhémoth me crie de les manger, il me donne tellement faim, est-ce un effet secondaire de ma transformation?

« Chef, là-haut ! »

Je sautai du toit et pris une forme encore plus imposante.

L’un d’eux me fonça dessus, désespéré. Je saisis le haut de son corps avant de le projeter en l’air, et de le broyer entre mes mâchoires.

Exquis, le sang dégoulinait le long de mes babines, la viande de cet homme était tendre. Les membres du groupe regardaient leur compagnon se faire dévorer sous leurs yeux.

« Retraite! »

Ils se mirent à courir, pour sortir de la ruelle, mais pas question que je les laisse partir, des ingrédients aussi délicieux.

Je fis grandir ma tête et chopai trois d’entre eux, le quatrième ayant réussi à s’en sortir avec une jambe en moins. Je mâchai tout doucement pour apprécier le goût de ce repas servi sur un plateau.

Je sentis aussi mon mana augmenter, serait-il possible que faute de pouvoir se régénérer par le flux spirituel, il me suffise de manger des créatures de ce monde pour me régénérer moi même.

Alors que j’étais plongée dans mes réflexions, le quatrième commença à sortir un parchemin.

« Téléportation d’urge… ahhhhhhhhhh! »

« Je n’ai pas l’intention de te laisser fuir, Ayumi-sama m’a ordonné de ne laisser s’enfuir personne. « 

Sora venait de lui arracher le bras.

« Merci, Sora, tu veux un bout? »

« Je vous remercie que vous me le proposiez, mais la viande humaine n’est pas vraiment mon met préféré. »

« Je vois, bon bah, bon appétit. »

Je pris délicatement sa jambe restante et la tirai vers moi pour le savourer au calme.

« Que Dieu pardonne mes péchés. »

« Il n’y a pas de dieu dans ce monde, alors je vais te donner un avant-gout de l’enfer. »

Je pris mon temps avec celui-ci, le dévorant petit bout par petit bout. Sa jambe, son bras, puis j’arrachai tout doucement sa peau.

Après mon repas j’étais recouverte de sang. Je ne pouvais pas me permettre de rester ainsi.

« Sora, y a-t-il une source d’eau non loin d’ici ? « 

« Une fontaine se trouve au bout de cette route. »

« Bien, je vais prendre un petit bain de minuit. Tu peux rejoindre Émilia, je reviens tout de suite après. »

« Oui, Ayumi-sama. »

La lune était magnifique, l’eau était fraîche et je pataugeai dans l’eau pendant une petite heure avant de rentrer.

J’avais pris une forme plus petite pour traverser le village et étrangement, je ne me sentais pas ballonner malgré tout ce que j’avais pu manger.

Les aliments que j’ingère s’adaptent-ils à ma taille ? Bon, peu importe.

Je pris la direction de l’auberge sautillant de joie, heureuse d’avoir pu apprécier un tel repas.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

9 réflexions sur “Serment Chapitre 8.5: Le Calme Avant la Tempête

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s