Serment Chapitre 12: Le Péché de Bondart VI

Salut,

Après un peu trop de blabla dans les derniers, je suppose que vous souhaitez un peu de combat à mort etc etc…

Bah je vous l’offre sur un plateau d’argent, préparez-vous à vous arracher les cheveux à la fin 😉

Neito

(Ayons une petite pensée pour notre Exserra national qui n’a pas internet actuellement XD)

(Italique=pensée où dialogue effectué par la pensé)

 

Chapitre 12: Le Péché de Bondart VI, Combat Dangereux

(Narrateur Yuki)

Deux jours et demi que nous sommes dans la forêt. Après avoir rencontré de nombreux monstres, nous arrivions enfin à l’endroit où pousse cette fameuse plante.

Arrivant proche de notre destination, j’ai demandé à Sora de retourner au village pour en informer Ayumi.

Pendant ces 2 jours, j’ai pas mal discuté avec Yolande, elle m’a permis d’apprendre beaucoup de chose sur ce monde.

Il existe une organisation appelée les exterminateurs. Cette organisation ne fait partie d’aucune des 3 factions.

Comme son nom l’indique, ils se charge d’éliminer les monstres dangereux qui s’en prennent aux habitants de ce monde.

Les équipes sont classées par rang qui vont de F à SSS. Les exterminateurs sont notés par 2 rangs, le rang de l’équipe qui est proportionnel au nombre de requêtes d’extermination réussies.

Et le niveau de l’exterminateur en lui même qui correspond à la puissance des monstres qu’il est capable de battre.

Il existe encore d’autres informations, mais je ne voyais pas l’utilité de les apprendre maintenant.

Puis, ce que je souhaitais apprendre dans l’immédiat, c’était le Rang des monstres.

Les monstres sont divisés en deux catégories, les numbers et les hiérarchiques.

Les numbers vont du rang 8 à 1.

De 8 à 5, ils peuvent être gérés par les groupes d’exterminateurs de niveau F à C.

A partir de 4 à 1, seul les groupes de niveau D à A peuvent les combattre en espérant s’en sortir.

Il y a ensuite les hiérarchiques, ils existe trois catégories de hiérarchique. Les monarques, ce sont des monstres ayant vécu plus de 100 ans, ils sont la cible de prédilection des groupes de niveaux S et SS.

Après, les Empereurs, la plupart sont des bêtes monstrueuses, des dragons, des cyclopes ect… Extrêmement dangereux, les seuls pouvant recevoir les requêtes les concernant sont les groupes de niveau SSS. Elle a aussi ajouté qu’à l’heure actuelle, il existe seulement 5 groupes SSS.

Et pour finir les Rois, autrement dis les 4 primo-géniteurs, personne n’a jamais été assez fou pour les affronter, car il a été déduit que les chances d’un groupe de SSS face à eux n’excède pas les 2%.

J’étais assez content d’en avoir appris plus, je devrais surement faire un tour au QG des exterminateur.

Je me perdais dans mes pensées, quand l’on vit enfin la plante tant recherchée.

Elle était bleu et brillait d’une couleur vive, sa simple présence éclairer la clairière de cette sombre forêt.

Mari se précipita sur elle quand je sentis un frisson me parcourir le corps.

« MARI ÉLOIGNE TOI DE CETTE FLEUR! »

Le sol se mit à bouger et deux pétales se soulevèrent du sol, chacun recouverts d’une centaine d’aiguilles.

« Une Plante du péché!  »

Je pris mes appuis et me lançai vers Mari, les deux pétales s’enroulèrent, et se refermaient petit à petit. Je mis mes deux mains sur les deux extrémités de la cage qui se formait autour de nous. Les aiguilles s’enfoncèrent et passèrent à travers mes mains.

« YUKI-SAN! »

Mari était collé à moi, la douleur ne m’importait peu du moment qu’elle soit sauve.

Mais je suis maintenant dans de beaux draps.

Je pourrais facilement me débarrasser d’elle avec une simple parole, malheureusement je ne peux actuellement en utiliser aucune.

Avant que je parte, Emilia avait eu besoin de me parler. Elle m’avait annoncé que je ne devais absolument pas les utiliser car si jamais je le faisais, mon illusion prendrait fin et ma nature de démon serait révélée au grand jour.

Bien je n’ai qu’une seule solution. Je rapprochai mon visage de Mari et l’embrassai comme jamais je ne l’avais fais.

« Tu penses que ce soit le moment de faire ça? Tes mains saignent tellement, nous devons stopper l’hémorragie. »

« Mari, écoute moi bien, prends cette plante et colle toi à moi. »

Grâce à mon interruption, la lumière du jour était encore visible en haut, je réfléchis à 2 fois puis pris ma décision.

« Yolande! A mon signal tu me découpes cette chose, c’est clair! »

« Ce genre de créature possède une peau si dure que l’on ne peu pas la traverser! »

Comme par hasard, c’est vraiment pas mon jour de chance. Tant pis, on y va pour le plan B.

« Yolande, dans 3 secondes, tu me lances ton épée à travers la fente d’accord? »

« Mais… »

« Ne discute pas et fais ce que je te dis! »

« Mari ,je compte sur toi pour la suite. »

« De quoi parles-tu? »

Je relâchai la pression que j’exerçais sur les pétales, pris Mari par les hanches et l’envoyai d’un coup à travers le peu d’espace qu’il restait.

« Yuki attrape! »

La lame passa à travers la fente puis les deux pétales se resserrèrent sur moi.

« Non..non YUKI-SAN! »

Il n’y avait maintenant plus que 10 cm entre les aiguilles et moi, l’espadon positionné à la diagonale me permettait à peine de les tenir à distance. Je sentis tout un coup ma jambe s’enfoncer dans le sol.

Cette saloperie a donc plus d’un tour dans son sac.

Un gouffre s’ouvrait petit à petit, il menait à une centaine de dents acérées prêtes à me déchiqueter et des dizaines d’yeux étaient positionnés autour de ses rangées de dents.

Hoy, dans un un jeu, tu serais considérer comme « over cheaté » ma belle.

Je n’ai pas l’intention de devenir l’un de tes excréments tu sais.

Je saisis le manche de l’espadon, et le fis glisser le long de son corps.

Il semble que même si l’extérieur est résistant, ce ne soit pas le cas de l’intérieur. Après l’avoir confirmer, je contractai tous les muscles des mes bras et je fis un mouvement circulaire ce qui découpa la bête en deux. Je positionnai ensuite la lame face contre le sol et la plantai dans le gouffre où se trouvait ses yeux.

Du sang vert coula à flot et les racines de la bête se mirent à bouger dans tous les sens avant de s’arrêter.

« J’ai cru que j’allais y rester. »

Alors que je sortais de la plante et reprenais mon souffle, Mari se jeta sur moi et me fis trébucher sur le sol.

« Idiot, idiot, idiot… si jamais tu refais ça, je ne te le pardonnerais jamais… »

« Excuse-moi, je t’ai inquiété. »

« Bon travail Yuki, tu m’as bluffer. »

« Merci à toi, si tu n’avais pas été là, je ne sais pas comment j’aurais pu m’en sortir. »

« Bon, si on rentrait… »

Alors que je venais de finir un combat assez éprouvant je sentis une aura meurtrière très proche de nous.

« QUI VA LA?! »

Une créature noire n’ayant pas de forme propre sortit de derrière un arbre et se précipita sur nous. Yolande prit son épée et projeta cette chose sur le sol.

« Yolande, sais-tu ce qu’est ce monstre? »

« Non, jamais entendu parler. Mais elle me donne des frissons. »

La créature se releva sans effort et prit une forme similaire à Yolande ainsi que son épée.

« Un change-forme?! » (Mari)

« Tu sais ce que c’est Mari? »

« Une créature crée par alchimie, elle peut copier la forme et les techniques de son adversaire.  La seule chose dont elle est incapable, c’est de copier le potentiel de mana de sa cible. »

« Elle me copie ? On va bien voir de quoi elle est capable. »

Elle leva son épée au dessus de sa tête et l’abattis sur la créature avant de la relever de frapper  de taille sur son flanc.

Pour un expert en art martiaux comme moi, même si sa technique possédait pas mal d’ouvertures, elle avait été parfaitement exécuté.

Alors que nous pensions que le combat était finis, l’ombre souleva à son tour son épée et l’abattit elle aussi sur Yolande.

Il refit exactement les même gestes, mais la puissance était d’un tout autre niveau. Yolande s’envola et tomba plusieurs mètres plus loin, le choc lui faisant perdre connaissance.

Alors qu’il s’apprêtait à en finir avec elle, je saisis la lame d’une main et lui infligeai plusieurs directs du droit qui le firent tomber au sol.

Il semble que mes coups étaient efficaces, cette chose qui n’avait encore montré aucune émotion se tordait de douleur.

Il prit immédiatement ma forme, dans la même position que moi et tenta de me porter des coups similaires.

Je pratiquai le taekwondo dans l’autre monde, car cet art martial exploite le maximum du potentiel des muscles de nos jambes. Voulant être un martialiste complet, j’ai naturellement appris la boxe anglaise qui était l’inverse du sport précédent.

Après des années d’entraînement, j’ai créé mon propre style: le « TakahiroRyu ».

Ayumi trouvait ce nom très drôle, mais je pense que si j’avais tenté de créer une école, cela aurait très bien marché.

Je ne l’ai jamais essayer en combat réel mais peut être est-ce l’occasion?

*Inspire*

« Viens »

Je me mis sur la pointe des pieds et sautillai d’un pied sur l’autre, puis je montai ma garde boxeur.

Les mouvements de cette chose était facile à deviner, il se contentait de refaire la technique qu’il subissait tel une machine.

Quand il se trouva à 1 m de moi, je pris un rapide élan pour rentrer dans sa garde et lui envoyai trois uppercut dans la poitrine. Son corps se souleva du sol.

Je m’abaissai, mis ma jambe droite à l’horizontale et forçai sur ma jambe gauche pour me faire pivoter avant de la relever  violemment et de l’envoyer valser.

Je me lançai à sa poursuite avant qu’il ne retombe sur le sol, sautai au dessus de lui et l’éclatai violemment sur le sol en enfonçant mes orteils dans son abdomen.

« Incroyable. »(Mari)

Pour une première utilisation, j’étais satisfait, les sensations étaient bonnes. Alors que je m’apprêtais à rejoindre Mari qui prenait soin de Yolande, j’entendis du bruit derrière moi. Cette chose s’était relevée et hurlait de rage.

Il prit alors une forme gigantesque et hurla une nouvelle fois, ce qui fit trembler les arbres environnants.

Il leva son pied et racla le sol en ma direction. J’eus juste le temps de me mettre en position pour arrêter le coup.

Mais penser pouvoir l’arrêter sous ma forme actuelle était sûrement arrogant.

Je me fis projeter à une centaine de mètres en emportant tous les arbres sur mon passage.

Haaa le sol est frais.

Je ne sentais plus mon corps et mon esprit s’embrumait.

Je devrais en profiter pour faire une petite sieste, je suis si fatigué.

« NOOOOOON! »

La voix de Mari me sortit de mon état second et je me redressai, bien qu’avec énormément de difficulté.

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

8 réflexions sur “Serment Chapitre 12: Le Péché de Bondart VI

Répondre à Julien Bigot Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s