Serment Chapitre 17: Le Péché de Bondart XI

Salut c’est Neito,

Alors voilà le chapitre 17, Yuki est déterminé à trouver Mari et se lance dans la forêt à sa recherche, comment réagira t-il en la revoyant?

Ce chapitre a été plus long que les autres à écrire…J’ai essayé d’améliorer mes descriptions et de rendre les scènes plus vivantes!

J’aimerais vraiment savoir ce que vous en pensez! Est-ce que vous trouvez ça mieux?

Je vous laisse en juger!

Et je vous annonce que nous avons dépassé les 100 articles publiés !!

woot woot *explosion de confettis, champagne sur les seins et plus si affinités*

En fait c’est 101 (comme les dalmatiens), en comptant ce chapitre de Serment 🙂

Pour ceux qui ne voient pas bien l’arme d’Emilia, voilà une image:

http://images.google.fr/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Fpre00.deviantart.net%2F8230%2Fth%2Fpre%2Ff%2F2016%2F004%2F4%2F2%2Fepee_double___double_sword___oc_by_etrelley-d9mp3oe.png&imgrefurl=http%3A%2F%2Fetrelley.deviantart.com%2Fart%2FEpee-Double-Double-Sword-OC-582318302&h=670&w=1191&tbnid=KQaQOkMskVBqQM%3A&docid=on9fI8M6aF9XOM&ei=-Z5qV-n4F8aGaMfmoOAH&tbm=isch&client=firefox-b&iact=rc&uact=3&dur=566&page=1&start=0&ndsp=40&ved=0ahUKEwip2YPC6rvNAhVGAxoKHUczCHwQMwh3KCcwJw&bih=1089&biw=1600

Serment Chapitre 17: Le Péché de Bondart XI, Émilia la lame dansante.

(Narrateur Émilia)

« Pourquoi y a-t-il autant d’arbres ici !? »

Les particules de mana environnantes tremblaient en réponse à la présence de Yuki, l’atmosphère autour de lui était étouffante ne me laissant pas d’autre choix que de rester à distance.

Il jeta des coups d’œil à droite et à gauche, puis se mit à exploser les arbres autour de lui comme s’il s’agissait de simples brindilles sur son passage.

« J’en ai marre. J’ai beau me concentrer, je ne trouve pas la signature magique d’Ayumi. »

Une bête cherchant sa proie, voilà ce qu’était Yuki à ce moment précis.

« Si l’on pouvait remarquer une trace magique dans une forêt aussi rapidement ça, serait vraiment trop simple. »

« Je n’ai pas de temps à perdre avec ces conneries! »

« À l’heure qu’il est, Mari est peut-être en danger. »

Tu t’inquiètes beaucoup trop pour elle…

Mon cœur se serra dans ma poitrine, je me demandais pourquoi j’avais pris la peine de venir. Au final, je ne ferais que regarder leur bonheur quand on la retrouvera et ça n’en sera que plus douloureux.

« Émilia, bouche-toi les oreilles. »

« Pourquoi ferais-je … »

Sans même me laisser comprendre le sens de sa phrase, toutes les particules de mana se rassemblèrent autour de lui. Il y en avait tellement que son corps était recouvert d’une vague noir. Seuls ses yeux de prédateur brillaient à travers cette bulle d’obscurité.

« –JE SUIS L’ARME QUI JUGE, NUL NE S’OPPOSE À MON JUGEMENT. EXTERMINE, MÉPHISTOPHÉLÈS

Contrairement à la première fois où il avait utilisé cette Parole, il semblait la contrôler complètement.

Six cercles de magies bleues apparurent le long de ses bras.

L’air commença à trembler.

La forêt entière paniquait, les rongeurs cachés dans les sous-bois s’enfuyaient à toute allure et les oiseaux quittaient leurs nids à tir d’ailes. Les trois cercles se mirent à tourner, puis ils se rejoignirent deux par deux avant de se placer en arc de cercle face à lui.

D’un simple geste du bras, le sort fut lancé.

Si je ne m’étais pas agrippé aux racines à mes pieds, je me serais envolé.

Il n’y avait plus rien, et le sort était encore plus puissant que la première fois.

Voilà donc Yuki quand il est sérieux.

Ce sort était l’incarnation de la mort, détruisant tout sur son passage.

Les arbres étaient tous détruits, il ne restait pour la plupart que la moitié de leurs troncs. Les branches et leur feuillage autrefois majestueux avaient été calcinées, un nuage de cendre retombait lentement au sol.

Des cadavres de créature n’ayant pas eu le temps de fuir se jonchaient les environs, mammifères et volatiles confondus, car la mort accueillait tout le monde de la même façon. Et dans ce massacre, 2 arbres avait survécu tant bien que mal au déluge de feu et de cendre.

« Je savais qu’ils n’étaient pas bêtes au point de laisser leur porte de sortie sans défense. »

Yuki souriait, il avait toujours cette manie avant un combat, je dirais même qu’il n’est lui même que lors d’un combat à mort.

Je sortis Fidélité quand nous arrivions près du portail. Et me tenais prête à me battre.

« Émilia, nous allons sûrement devoir tuer énormément. Si tu ne te sens pas prête à porter ce fardeau, tu ferais mieux de partir. »

« J’ai pris la décision de te suivre, je ne vais pas me défiler maintenant. »

Je n’ai jamais tué de toute ma vie, aujourd’hui sera la première fois.

Yuki appuya sur l’un des arbres et un portail s’ouvrit.

Yuki passa le premier et je le suivis de près.

Deux hommes étaient postés à la sortie. L’un d’eux, surpris, sortit son épée et tenta de me porter un coup à la tête. Je stoppai son attaque avec ma lame, la fis glisser sur le coté avant de tourner et de me retrouver derrière lui. Je lui plantai l’autre bout dans le dos tout en visant le cœur.

L’arme m’indiquait exactement les gestes à faire, je devais juste suivre ses instructions.

La lame s’enfonça profondément, et sortit de l’autre coté. Je pus l’entendre rendre son dernier souffle avant qu’il ne s’effondre par terre.

Pour la première fois de ma vie, j’avais mis fin à la vie d’une personne.

Je regardais ma main qui tremblait, ce n’était pas de la peur non, mais de l’excitation.

Je pensais que tuer quelqu’un m’apporterait de la tristesse, alors qu’en fait j’étais excitée à l’extrême.

Yuki lui, avait tout simplement exploser la tête de son assaillant contre un mur.

« Tu es drôlement habile avec une double lame, tu m’as étonné. »

« J’ai moi aussi quelques talents cachés. »

Le couloir où nous nous trouvions n’était pas des plus accueillants, rien ne laissait passer la lumière du jour, de simples torches nous montraient le chemin.

Après quelques pas, nous nous retrouvions dans une salle d’une taille assez conséquente. Ma première réaction en entrant dans cette pièce fut le dégoût.

Des cages remplies de cadavres étaient suspendues en l’air, du sang dégoulinant le long des barreaux jusque sur des statuts à l’image des tréfonds.

Il y avait même des cages remplies de cadavres d’enfants.

« Ce village a donc envoyé tant de personnes, dans le seul but de continuer leur vie tranquille… »

Bande de déchets.

« Ils sont ici ! tuez-les. »

En un instant, une vingtaine d’hommes pénétraient dans la salle, et nous pointaient tous avec leurs épées et leurs lances.

Je serrai Fidélité fortement, et me dressais devant eux. Yuki s’approcha mais je l’arrêtai en mettant ma lame face à lui.

« Peux-tu me laisser m’occuper d’eux. »

« Tu es sûr de pouvoir t’occuper d’eux seule ? Je peux très bien.. »

« Règle numéro 2 de Rébellion: Protège-toi toi même et ne compte que sur toi même. »

« Très bien, je n’interviendrai pas. »

« Si vous n’avez pas peur, venez. Je vais vous offrir une mort rapide. »

Fidélité réagissait à la quantité de mana que je lui injectais. Donc si je ne me retenais pas, ça devrait aller.

Je me baissais et mis mon arme à l’horizontale.

Trois s’élancèrent vers moi.

Alors que je souhaitais simplement esquiver, mon corps se mit à bouger tout seul sans que je puisse rien y faire.

Je découpai le premier en une fraction de seconde, le haut de son corps se décrocha du bas laissant ses tripes s’étaler sur le sol. Dans le même élan, je fis tournoyer ma lame qui trancha la tête du deuxième. Le troisième profitant de ma posture me lança sa lance, j’effectuai un salto arrière au-dessus d’elle, elle effleura mon dos avant de se planter dans le mur. Je courus ensuite vers lui, et le scindai en deux d’un seul coup.

Je ne comprenais pas comment j’avais réussi à faire tout ça, j’étais parfaitement calme, je regardais ma main et elle ne tremblait pas.

Les autres étaient tous stupéfaits, et Yuki applaudit.

« Bougez, je m’occupe de cette vermine. »

Ce soldat était bien plus imposant que les autres.

Il les bouscula tous avec sa hache, qu’il pointa vers moi sans aucune hésitation.

La levant au-dessus de lui, il disparut de mon champ de vision, et se retrouva maintenant derrière moi.

Mon corps se tordit pour essayer de bloquer son attaque. Je fus propulsée à plusieurs mètres, mais je n’eus aucun problème à me réceptionner.

Un sourire se dessina sur son visage, le faisant ressembler à un faciès plus proche de celui des orcs.

Dans un excès de confiance, il tenta la même technique.

Tu penses m’avoir de fois de suite de la même façon?

À sa grande surprise, je ne me trouvais pas là ou il s’y attendait.

Dans la panique, il balança sa lame vers l’arrière, mais je n’y étais pas.

Ce n’est que l’instant d’après, qu’il remarqua que je me trouvais au-dessus de lui.

Sa hache étant munie d’une pointe sur le dessus, il tenta de m’empaler.

Je me cambrai pour l’esquiver, et en une fraction de seconde je le décapitai.

« Tuez-la! Tous dessus, ne vous retenez pas! »

7 autres se positionnèrent autour de moi et tentèrent de me planter avec leurs lances, je fis un bond et me retrouvai maintenant debout sur leurs lames entrecroisées.

D’un mouvement circulaire, je les décapitai tous et un geyser de sang m’entoura le temps d’une fraction de seconde.

Le sang coulait à flots, j’en étais recouverte mais je ne me plaignais pas.

A vrai dire, ça ne me dérangeait même pas.

« Chef, elle est trop forte, nous devons nous replier. »

La personne qu’ils appelaient chef était habillé différemment. Il portait une robe et un sceptre.

« Steven-sama, des intrus ont infiltré la base. Veuillez sortir de l’autre coté et commencer les préparatifs sur le village. »

Il vient d’utiliser un sort de communication à distance, peu de mages en sont capables, il doit donc être fort. Je veux le trancher.

« JE T’OFFRE CES VIES CONTRE UN ÉQUIVALENT, OFFRE MOI LOKI« (Chef des mercenaire)

Les hommes restants se tordirent de douleur, leur corps explosant les uns après les autres pour laisser place à une gigantesque Chimère.

« Alors petite, penses-tu pouvoir tuer cette chose. »(chef des mercenaire)

« Sacrifier tes alliés pour survivre, tu es vraiment sans cœur. »

Je jetais un regard vers Yuki qui levait les mains en l’air.

« Je n’ai pas l’intention d’intervenir donc détends-toi. Par contre, je m’impatiente de trouver Mari donc fais vite. »

« GUARRRRRRRR »

Elle n’était pas différente des autres chimères, elle était juste légèrement plus imposante.

Maintenant, je sais pourquoi il y a autant de chimères dans le coin, ce ne sont pas des êtres créés par dieu, mais des répliques des alchimistes. Je pensais pourtant que ce sort était perdu, comment un petit groupe a-t-il pu mettre la main sur cette chose ?

J’y réfléchirais plus tard, je vais d’abord tuer cette chose et ce porc.

La chimère leva sa patte et tenta de m’écraser, je l’esquivai et profitai de ma vitesse pour tournoyer en dessous d’elle et lui infligeai de multiples blessures.

Sa peau est dure.

Fidélité me communiqua de nouvelles informations m’expliquant comment faire face à ce genre de situation.

Il faut que je remercie Myuri comme il se doit.

« Tu ne pourras jamais la tuer de cette façon, AHAHAH, c’est fini pour toi! »

Je marchai vers elle tranquillement, Fidélité pointée vers le bas.

« Aurais-tu abandonné? AHAHAHAHA! »

« Elle a beau être résistante, si une attaque est porté directement de l’intérieur, elle est comme un agneau sans défense. »

Elle se baissa et ouvrit sa gueule pour me  croquer, au moment où elle était assez proche, j’enfonçai ma lame dedans et fit voltiger le haut de sa boite crânienne.

« Impossible, espèce de monstre! »

En voyant son monstre tué aussi facilement, il tenta de s’enfuir.

Je me lançai après lui et l’empalai contre le mur. Il lâcha un cri aigu qui m’énervai encore plus.

« Maintenant, dis-moi où se trouve Mari. »

« Vous êtes venus pour elle? AHAHAHAHAH. »

« Qui y’a-t-il de si drôle? »

« Tu ne vas pas tarder à la revoir. »

Il mourra sans révéler quoi que ce soit.

Mais dans le couloir d’après, je pouvais entendre des bruits de pas.

Quelques secondes plus tard, une silhouette sortit de l’ombre.

« Mari… »(Yuki)

Mari était effectivement debout face à nous, son regard était vide, ses bras étaient maintenant deux lames d’épée. Et une pierre était incrustée sur sa poitrine, juste entre ses deux seins.

« Mari, c’est toi… Ne t’inquiète pas je suis la pour te sauver. »

Yuki s’approcha d’elle en tremblant et au moment où il essaya de la toucher, elle leva son bras et essaya de le tuer.

Je sprintais vers lui, détournai les épées de Mari, puis reculai en arrière en entraînant Yuki.

« Yuki reprend toi! Ce n’est plus Mari! »

« Qu’est ce que tu racontes? Regarde c’est elle. »

Il était perdu, lui qui gardait son calme dans les moments critiques était totalement perdu.

Je lève ma main et le gifle violemment.

« Reprends toi Yuki! Penses-tu vraiment que ce monstre soit Mari? »

Des larmes coulèrent le long de son visage.

C’est mauvais, Yuki ne pourra pas la combattre dans cet état.

Pendant que nous discutions, Mari se mit en position et attendait la moindre attaque à contrer.

Il semble que je n’ai pas le choix.

3 réflexions sur “Serment Chapitre 17: Le Péché de Bondart XI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s