EDS Chapitre 6.5: Un Homme à la Mer

Salut à tous,

Comme promis, le chapitre du mercredi: c’est du EDS!

Et aujourd’hui, c’est du Side Story sponso par un généreux donateur! Une tournée d’applaudissements pour lui woot woot.

Cela fait déjà 2 semaines que c’est comme ça pour ceux qui n’avaient pas encore remarqué, puis j’ai fait une annonce vendredi dernier aussi XD.

Sinon, j’ai essayé d’utiliser du vocabulaire propre au monde de la mer…J’espère que j’ai réussi et que vous visualiserez bien les scènes…

Comme dab, un max de commentaires, c’est ce qui me fait continuer 🙂

Enjoy mes petites brebis noctambules!

Exserra.

*Je rappelle que les phrases en italique sont des pensées*

Chapitre 6.5 : Un Homme à la Mer

La tempête faisait rage.

Les vagues s’écrasaient furieusement contre la coque du navire, l’écume venant lessiver le pont supérieur.

La cale grinça, un son déchirant retentit, comme la plainte d’une baleine échouée sur une plage.

Le bateau rendait l’âme sous la pression de l’eau qui envahissait tout son être, là où les récifs avaient éventré la coque.

Le vaisseau tanguait et commençait à s’incliner dangereusement. Le supplice ne durera pas bien plus longtemps, tous ces signes semblaient indiquer un proche chavirement.

A son bord, l’agitation régnait.

Les matelots courraient dans tous les sens, tentant désespérément de sauver ce qui pouvait être sauvé. Ils espéraient tous emporter quelque chose avec eux, dans l’espoir d’en tirer profit s’ils arrivaient à rejoindre la terre ferme.

Certains prenaient des cordes, d’autres les quelques bouteilles de whisky qu’ils n’avaient pas encore eu le temps de boire.

Seul, un homme à la proue contemplait le chaos ambiant.

Il observait calmement tous les éléments de sa vie prendre la fuite, son navire éventré, ses hommes qui se jetaient à présent par-dessus bord pour sauver leurs vies.

Enfin, en supposant qu’ils ne se fassent pas broyer par les terribles lames de fond qui agitaient la mer. Ils pourraient y arriver avec un peu de chance, le relief de la côte se dessinait non loin de là, en dessous des nuages noirs d’orage.

L’homme était trapu, le visage sévère, buriné par le soleil et le sel d’une vie passée à naviguer sur les océans. Il portait un tricorne et un long manteau se terminant en pointe sur les côtés, le genre de vêtements qui conviennent parfaitement à un capitaine de vaisseau.

Il porta son regard vers l’Ouest et 3 galions arborant le drapeau du Royaume de Tajir entrèrent dans son champ de vision.

Pour la première fois de sa vie de contrebandier, ou de pirate, comme certains préféraient l’appeler, il avait été battu à son propre jeu.

Son équipage et lui-même avaient pris en chasse un bateau marchand. Le butin s’annonçait extraordinaire, à en juger par la ligne de flottaison du bateau.
Elle était bien plus basse que ce qu’elle aurait dû être, indiquant des cales pleines, chargées de marchandises diverses et variées…et pourquoi pas de l’or!?

C’était le genre de proie facile que tous les brigands des mers appréciaient, puisque le navire s’en trouvait alourdi, et donc considérablement ralenti. Il ne pourrait jamais semer le vaisseau pirate, conçu spécialement pour la vitesse avec son fuselage élancé.

Malheureusement, les problèmes ne firent que s’enchaîner.

Ce n’était pas de l’or, des métaux rares ou des vivres que la caravelle marchande transportait, mais une garnison entière de soldats équipés de la tête aux pieds.

A peine l’équipage avait-il abordé les marchands qu’ils se retrouvèrent aux prises avec une force armée. Un bref combat fit rage avant que le capitaine ordonne très vite la retraite.

C’est là que le piège se referma complètement sur le contrebandier.

Trois navires de guerre du Royaume de Tajir, armés de balistes, les avaient encerclés, ne laissant aucune voie d’échappatoire si ce n’était celle qui les avait menés sur ces récifs.

Oh bien sûr, le capitaine en avait conscience. Il connaissait chaque recoin de cet océan qui abritait les Îles du Sud, sa terre natale, y compris les récifs et les fonds peu profonds.

Délibérément, il s’était engouffré dans cette voie sans issue qui formait une passe en S. De manière experte, il pilota son vaisseau parfaitement, esquivant les récifs en suivant la forme en S qu’il connaissait comme le dos de sa main…jusqu’à ce qu’il s’échoue dans un cul de sac, le récif aux dents de pierres aiguisées qui fermait le passage.

Il avait peut-être perdu une bataille mais pas la guerre.

Leurs poursuivants n’avaient aucun autre moyen de les rattraper que d’envoyer des hommes en chaloupe. Les galions étaient beaucoup trop gros pour naviguer entre les récifs.

Cela laisserait largement le temps à ses hommes de s’échapper, de tenter de rejoindre la côte la plus proche à la nage.

On fait le bilan de toutes ses années, mon vieil ami ?

Le capitaine posa son regard sur son épaule gauche pour faire face à son interlocuteur, un perroquet au plumage d’un violet sombre.

« Il faut bien croire que oui, Prune. »

Dis-moi, puisque la fin approche, ne pourrais-tu pas me dire pourquoi tu m’as donné un nom de femelle? Cela m’a toujours contrarié, mon ami.

« C’est très simple Prune, tu as exactement la couleur d’une… prune… »

Je vois…Je n’aurais pas dû demander, répondit mentalement le volatile.

« Capitaine ! »

Le capitaine se retourna subitement. Un matelot était encore à bord, le seul qui aurait voulu rester à bord, Liam.

« Oui, matelot. Que fais-tu encore là ? »

« Je vais y aller, mon capitaine. Mais avant, je devais vous dire au revoir, mon capitaine! »

Le capitaine pouvait lire une certaine appréhension dans les yeux familiers de Liam.

Prune, transfères lui notre pouvoir, il doit survivre.

Tu sais que cela ne durera qu’une heure, une personne non connecté à un de mes semblables ne peut garder ce pouvoir bien longtemps. Et Liam n’a pas encore trouvé son partenaire.

Oui, fais-le.

« Approche mon garçon. », dit le capitaine en faisant une accolade à Liam, et il sentit un fragment de pouvoir s’échapper de son être.

Liam se détacha de l’étreinte du capitaine après un court moment, avant de se rendre près du bastingage et de sauter à la mer, non sans un dernier regard pour son commandant.

Tu aurais pu le rejoindre, partir avec lui…

« Allons, allons, mon ami de toujours, tu connais l’adage de nos îles : un capitaine ne quitte jamais son navire. »

Prune acquiesça d’un mouvement de bec, sans dire un mot ou exprimer aucune pensée.

Le capitaine observa la forme de Liam s’éloigner péniblement du bateau à la nage, puis retourna à la contemplation des chaloupes chargées d’hommes en armes.

« Adieu Liam, » murmura-t-il enfin lorsque les troupes se déversèrent sur l’épave qu’était devenue son navire.

 

◆◇◇◆

Liam se débattait dans l’eau pour rejoindre la côte.

S’il était aussi agile qu’un poisson dans l’eau sur le pont d’un bateau, ce n’était paradoxalement pas le cas quand il s’agissait de nager.

Oh, bien sûr, ce n’était pas sa première baignade et il avait su se sortir de plusieurs situations à risque les fois où il était passé par-dessus bord.

Notamment une fois où des Requins Arc-en-Ciel furetaient autour du navire. Ces bêtes sont magnifiques à regarder, leur peau déclinant toutes les couleurs de l’arc en ciel lorsqu’elle est éclairée par les rayons du soleil.

Cependant, les couleurs vives sont le propre des prédateurs, les proies ont toujours préféré des couleurs ternes pour se fondre dans le décor. Et Liam n’avait pas trop apprécié de voir ces spécimens de requin de si près.

Mais ce n’était pas la même histoire, les matelots du navire étaient présents et l’avaient hissé sur le pont avant qu’il ne se fasse croquer un membre.

En cet instant, il était seul contre les éléments.

La mer déchaînée montrait l’étendue de sa puissance. Des vagues énormes le chahutaient, il passait de creux en creux à chaque nouvelle vague.

Le plus dur était de se maintenir à flot entre 2 de ces véritables murs d’eau, il battait des jambes aussi fort qu’il le pouvait, relevant le menton pour ne pas boire la tasse.

Suivait un court moment de repos quand il se retrouvait au sommet de la vague une fois sorti du creux, puis tout recommençait encore et encore.

Inlassablement, minute après minute, et la fatigue commençait à le gagner.

Heureusement, le courant le ramenait vers le rivage. S’il tenait bon, il serait sauf.

Un craquement sec résonna au loin, en direction de son ancien vaisseau.

Un coup d’œil lui apprit que le navire venait de briser en deux, sans doute sous le poids des hommes armés qui pataugeaient à présent au milieu des récifs.

Le chagrin l’envahit, ses battements de jambes faiblirent et il ne put se maintenir à flot quand la vague suivante le submergea.

Épuisé et accablé par ses émotions, il n’arrivait pas à remonter à la surface.

Ses mouvements semblaient vides de force, et il continuait à sombrer, lentement mais sûrement, sous l’eau.

Ses yeux se fermèrent, embrassant la douce obscurité des fonds marins.

Étrangement serein, il était content de pouvoir mourir en vrai matelot, dans les eaux qui l’avaient vu naître.

Adieu, pensa-t-il alors qu’il ouvrait la bouche, à bout de souffle.

Et alors que l’eau aurait dû s’engouffrer dans ses poumons, il n’en fut rien.

Liam ouvrit les yeux, surpris de ne pas s’étouffer. Une bulle d’air se formait spontanément autour de son visage, recouvrant bouche et narines à l’image d’un masque.

Le pouvoir de respirer sous l’eau…le pouvoir du capitaine…

Pris de sanglots, toute la tension dans son corps se relâcha d’un coup.

Sous l’eau, il s’endormit, transporté inéluctablement par le courant vers le rivage.

Au matin, Il ouvrit les yeux hagards, le ressac des vagues lui caressait le visage à un rythme régulier.

Ce n’est qu’en se relevant qu’il se trouva face à face avec un groupe de soldats de Tajir, reconnaissables entre milles à leurs plastrons en cuir et leurs glaives en bronze.

Un coup vint immédiatement le cueillir à la tête et il tomba inconscient sur le sable.

 

◆◇◇◆

Liam se réveilla en sursaut, la lumière du jour pointant le bout de son nez à travers le feuillage des sous-bois.

Après quelques minutes d’égarement, il reprit conscience de sa situation.

Esclave, son nouveau propriétaire s’était avéré être le descendant du traître.

Cette légende avait imprégné toute son adolescence, les marins aimaient la raconter, surtout quand elle était accompagné d’une bonne bouteille d’alcool.

A 17 ans, il avait déjà goûté à de nombreuses liqueurs lors de ces soirées de liesse sur le pont supérieur du navire. Néanmoins, le rhum ou le whisky ne restait pour lui que des plaisirs annexes.

La vraie excitation provenait bien des histoires racontées, les légendes de héros et de démons, les aventures fantasques de Barouss, premier contrebandier à avoir parcouru les 7 mers.

On racontait qu’il avait combattu les monstres issus des abysses sous-marines. Ou encore, qu’il avait séduit la femme d’un des trois Prince Marchand, avant que le Royaume de Tajir ne voie le jour.

Liam dut refluer la montée de ses souvenirs, de peur que la mélancolie ne l’envahisse de bon matin.

L’amertume vint alors l’étreindre de ses bras pesants.

Lui qui avait toujours rêvé des légendes se voyait plonger au cœur de l’une d’elles. Mais ce n’était pas celle dont la fin faisait le plus envie.

Et c’est ainsi qu’il se mit en tête de revoir un jour ses îles natales. Il devait accomplir sa destinée, devenir capitaine de vaisseau à son tour, comme son père.

Liam tourna le regard vers ce qu’il pensait être son seul espoir de revoir un jour les tendres Îles de son enfance.

Les deux Invoqués qui dormaient non loin de lui, Shin et Alex.

<< Chapitre Précédent                                                                             Chapitre Suivant >>   

Note de l’Auteur:

Un capitaine qu’a la classe… CheckAfficher l'image d'origine

Du rhum et du whisky…Check Afficher l'image d'origine

Un Perroquet magique…Check Afficher l'image d'origine

Bon, bin les pirates, c’est fait XD.

Copyright © Exserra Traduction 2016

Publicités

8 réflexions sur “EDS Chapitre 6.5: Un Homme à la Mer

  1. Merci pour ce beau chapitre de la Side Story de Liam 🙂 (je viens de voir que « Avancement Dons » n’a surement pas été mis à jour car il y a encore une Side Story en attente à moins qu’il y est encore un généreux donateur )

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s