Serment Chapitre 18: Le Péché de Bondart XII

 

Salut c’est Neito!

Il fait tellement chaud que j’ai du mal à écrire, mais juste pour votre plaisir je me suis surpassé hum hum.

Allez, c’est parti pour le duel pour décider laquelle mérite Yuki.

Non je plaisante, on va juste voir deux jeunes filles se balancer des coups d’épée jusqu’à que mort s’en suive, assez classe je trouve comme concept XD

Allez je vous laisse avec le Chapitre 18 !

Chapitre 18: Le Péché de Bondart XII, Combat à mort.

(Narrateur: Émilia)

Nous nous tenions l’une en face de l’autre.

Yuki n’étant pas en état de se battre je n’avais pas d’autre choix que de la combattre.

Je vais te finir en un instant.

Je n’ai aucune raison de me retenir, elle n’est plus humaine et je n’ai vécu aucun moment avec elle, c’est juste une étrangère pour laquelle je ne ressens rien.

Est-ce vraiment ce que je pense? Où avais-je juste envie de la combattre à cause de mes sentiments pour Yuki?

Tout ça n’a aucune importance.

Fidélité en position, je pris mon élan et me dirigeai droit sur elle.

Ma vitesse actuelle ne devrait pas lui laisser le temps de réagir.

En un instant, je me retrouvai derrière elle. Elle devrait maintenant être au sol se vidant de son sang.

C’est ce que je pensais en me retournant… Mais à la place, elle était toujours debout, et une marque était maintenant sur mon bras.

Comment a-t-elle fait?!

Elle se tourna vers moi, et je compris ce qu’il s’était passé.

Son bras qui était auparavant une épée s’était transformé en bouclier et l’autre en rapière, cette  arme lui permettant de donner des coups d’estoc, elle avait profité de ma course pour me blesser.

Ils l’ont transformé en doppelgänger.

Quelle erreur de ma part, j’ai sous-estimé mon ennemi…

Je ne ferais pas la même erreur une seconde fois.

Elle se remit en position, et retransforma ses bras en glaives.

Je m’élançai vers elle, cette fois-ci, j’échangeais des coups au corps à corps sans lui laisser la moindre chance de reculer. Au moment où elle changera ses bras pour une arme de portée plus courte, je prendrais un peu de distance et la tuerai en profitant de la longue portée de fidélité.

Je tournoyais dans tous les sens, laissant Fidélité donner libre cours à tout son potentiel. De haut en bas, en diagonale, je contrais toutes ses attaques et elle me rendait la pareille.

Nos lames s’entrechoquaient à une vitesse impressionnante, aucune ne faiblissaient.

Le moment tant attendu ne venait pas.

Nous continuâmes de nous combattre tout en nous déplaçant dans la salle, et avant que je ne le remarque, j’étais dos au mur.

Elle changea son bras droit en rapière, et tenta de m’empaler.

« NE ME SOUS-ESTIME PAS! »

Utilisant le mur à mon avantage, je sautai au-dessus d’elle, après être arrivée à 2 mètres de sa tête, j’attrapai l’une des lames de fidélité par l’extrémité, puis j’utilisai toute ma force pour la décapiter.

Ses réflexes étaient impressionnants, en une fraction de seconde elle changea sa main gauche en une énorme hache de guerre et me stoppa, celle-ci devait faire au moins trois fois la largeur d’une seule lame de fidélité.

Sous l’impact du coup, elle s’enfonça dans le sol jusqu’aux chevilles, je ne devais pas laisser passer cette opportunité.

Au moment même où mes pieds touchèrent le sol, je me ruai vers elle.

Allez, change d’arme,  je ne te raterai pas.

Le moment tant attendu arriva.

Sa main gauche se changeait en une petite lame pointue semblable à un couteau de lancer, c’était sans aucun doute une dague.

Un sourire se dessina sur mon visage.

Je m’arrêtais dans mon élan, pour garder une distance entre elle et moi.

Profitant de la plus grande portée de mon arme, j’étais sur de ne pas la rater.

« C’EST FINI! »

J’allais abattre ma lame sur elle quand je sentis quelque chose me transpercer l’épaule.

Quoi!?

Elle m’a eu, elle savait très bien ce que je souhaitais faire. Son bras n’allait pas se transformer en dague, mais en lance.

Faire apparaître la pointe seule pour que je pense à une arme à courte portée, je me suis faite avoir.

Mon épaule dégoulinait de sang et j’étais incapable de retirer la lame.

Je me fis soulever du sol comme une vulgaire poupée de chiffon.

Puis elle me lança à travers la pièce.

La puissance de son lancé ne m’a pas permis de déployer mes ailes.

Je pris de plein fouet plusieurs cages, avant de tomber.

Allongé sur sol, je ne pouvais plus bouger. Je tentai de prendre Fidélité dans ma main droite, mais elle disparut.

C’était à prévoir, Fidélité offre énormément d’information et de force à son propriétaire, mais elle ne remplace pas le physique.

Je suis faible…

La trop fréquente utilisation de Fidélité a mis mon corps à rude épreuve, elle ne pouvait plus se permettre de me laisser la manier.

Pathétique, je suis tellement pathétique, je me vantais d’une force qui ne m’appartient pas.

C’est donc normal que je sois punie.

Mari marchait vers moi, sa main droite changée en hache à l’éclat sombre qu’elle brandissait.

C’est donc l’heure pour moi de mourir.

Au final, je n’ai rien fait, je n’ai même pas été capable de dire à l’homme que j’aime mes sentiments.

La hache se trouvait maintenant en l’air, prête à me décapiter.

Adieux,

La lame descendit, et à ma grande surprise, Yuki l’attrapa à une main et repoussa Mari.

« Désolé Émilia, j’avais dit que je n’interviendrais pas. Mais laisse-moi régler cette histoire. »

J’avais les larmes aux yeux, Yuki m’avait sauvé une fois de plus.

« Dis Mari, tu te souviens de la première fois que nous nous sommes rencontrés? »

Yuki tentait de discuter avec elle alors qu’elle lançait ses attaques les unes après les autres, toutes arrêtées à mains nues.

« Tu étais entourée de chimères, et tu étais même effrayée par moi.

Ensuite, je me suis rendu à la taverne et je me suis occupée de l’homme qui te dérangeait. »

Elle ne l’écoutait pas et continuait ses rafales de coups, toutes inefficaces.

« Puis ensuite, alors que j’étais ivre, tu m’as caché chez toi quand les soldats ont essayé de me punir pour la mort de leur camarade, et après nous avons passé la nuit ensemble. »

Elle s’arrêta, et commença à trembler.

« Pour la première fois de ma vie, j’ai eu l’impression d’avoir un véritable chez-moi, et une personne capable de pardonner tous mes péchés. »

Ses 2 bras se transformèrent en espadons et elle se mit en position.

Et de loin, je pouvais apercevoir des larmes couler le long de son visage.

« Yu…Yuki…san..Tue-moi, je t’en prie… »

Ses deux lames en position, elle le chargea et tenta de le découper à la verticale.

« TakahiroRyu Snake Hits »

Il explosa les deux espadons en relevant sa jambe.

Des éclats volèrent dans tous les sens, il les avait brisé aussi facilement que si c’était de l’argile.

L’impact avait fait trembler toutes les cages environnantes.

Dans le même mouvement, il inclina la pointe de son pied et en l’espace d’un instant, sa jambe fit un aller retour dans la poitrine de Mari.

Du sang jaillit de l’orifice, suivi de la chute du corps de Mari.

Yuki se mit accroupi et l’attrapa avant qu’elle ne finisse sur le sol.

« Désolé, je n’ai pas pu te protéger… »

« Idiot, pourquoi es-tu venu? Je t’ai pourtant fait mes adieux sur la lettre. »

« Tu pensais que j’accepterais ce genre de séparation? »

Le bas du corps de Mari commençait à disparaître.

C’est un phénomène courant chez les espèces magiques, quand elles meurent, leur magie les consument et ils se désagrègent dans la nature.

La pierre incrustée dans sa poitrine en était probablement la cause…

« Yuki-san, peux-tu m’embrasser une dernière fois. »

Yuki s’abaissa et lui porta un léger baiser sur ses lèvres. Il la touchait comme s’il s’agissait d’un bijou.

Son corps avait presque totalement disparu, il ne restait maintenant presque rien.

« Yuki-san, merci de m’avoir aimé. Adieu. »

Son corps disparut complètement.

Yuki tomba en larmes en essayant de retenir les résidus de mana qui s’évaporaient dans les airs.

« MERDE MERDE MERDE MERDE MERDE MERDE MERDE MERDE MERDE MERDE! »

Il était fou de rage contre lui même.

« Ayumi avait raison, j’aurais dû suivre les règles de Rébellion depuis le début, rien de tout ça ne serait arrivé! »

Il se releva, le visage déformé par la haine, il s’approcha d’une cage où un barreau avait été brisé lors de son combat, puis il se transperça l’épaule sans montrer la moindre expression de douleur sur son visage.

« Avec ça je n’oublierai pas cette erreur. Je n’aurais jamais dû laisser mes sentiments prendre le dessus en mission! Elle est morte par ma faute! Mais avant de faire son deuil, j’ai une chose à faire.

Je vais buter tous ces putains d’alchimiste, et tous les habitants de ce putain de village!

C’est l’heure de recevoir la punition pour leurs péchés! »

Les ténèbres environnantes convergèrent vers lui, l’enveloppant entièrement.

***

(Narrateur Ayumi)

Yolande décapita une chimère pendant que nous nous replions vers la forêt.

Comment nous en sommes arrivés là?

C’est très simple, peu de temps après le départ de Yuki et Émilia.

Les alchimistes ont débarqué dans la ville, et ont commencé à capturer tous les villageois.

Nous avions profité de la panique pour nous faufiler par l’arrière de la boutique.

Sora avait fait le ménage, et nous avions pu facilement nous éclipser.

« Les soins sont finis, mais elle n’ouvre toujours pas les yeux. »

L’état de la gnomide s’était stabilisé, mais honnêtement, ce n’était pas le plus important pour le moment.

Ce qui m’inquiétait, c’était ce qui se passait sous mes yeux.

Nous étions maintenant assez éloignés du village.

On pouvait voir de gigantesques cercles magiques entourer les remparts.

« Je me demande ce qu’ils préparent, je n’ai jamais vu de cercle magique de cette nature. »(Minora).

« Nous devrions filer d’ici, non? Cette chose me donne la chair de poule. » (Myuri)

« Je suis d’accord. » (Rei)

Myuri et Rei étaient tout le temps collées ensemble, j’ai fini par m’y habituer.

« Al, je pense que tu peux nous expliquer ce qu’il prépare non? Tu as eu une drôle de réaction en entendant parler du rituel de Raswel tout à l’heure, nous avons le droit de savoir de quoi il s’agit. »

Al se gratta la tête, et se résigna.

« Avez-vous déjà entendu parler de la tragédie de Turiel? »(Al)

« Tu parles de cette ville dévastée par un démon? »(Yolande)

« Oui, mais l’histoire que vous connaissez est sûrement erronée. »

« Que veux-tu dire? » (Minora).

Al prit un air des plus sérieux et continua son explication.

« Cette ville n’a pas été attaqué par un démon, les habitants ont été sacrifié pour faire apparaître une Abomination. »

Je ne comprenais pas trop ce qu’il expliquait, mais il suffisait de regarder le visage de tout le monde pour comprendre que cette chose était dangereuse.

« Mais pour faire apparaître ce genre de monstre, il faut au minimum sacrifier 100 000 personnes. Il est impossible de créer ce genre de choses dans ce petit village. »(Minora).

« C’est là que tu te trompes. »

Pour invoquer une Abomination autonome, il faut effectivement un sacrifice énorme, mais si vous possédez avec vous une personne avec un puissant pouvoir magique, vous pouvez en créer une que vous manipulerez à votre guise. »

« Il faut y retourner au plus vite, et sauver les villageois! » (Yolande)

« Tu es encore à moitié endormie où quoi? Tu penses pouvoir faire face à une trentaine d’alchimistes seule? »(Myuri)

« Il est impossible de les en empêcher, le Rituel a déjà commencé. Je pensais les arrêter en détruisant les cercles un par un, mais ils sont plus impatients que prévu. »

Si nous  voulons combattre cette chose, nous allons avoir besoin de Yuki, avec Emilia trop éloignée de moi, je ne peux pas prendre une forme assez conséquente pour attaquer le village.

« Sora, nous avons besoin de la force de Yuki, est-ce que tu le sens dans les environs? »

« J’ai l’impression de le sentir. »

« Que veux-tu dire? »

Je ressentis tout à coup une montée d’adrénaline énorme.

Mince, que se passe-t-il?

« Qu’est ce que c’est que ça? »(Minora).

« L’aura magique du maître est proche, mais elle est effrayante. »

Yuki? Es-tu dans cet état à cause de cette Mari? J’espère que tu vas respecter Rebellion en suivant la règle 4: Never forget, n’oublie jamais tes erreurs.

« RUARRRRGGGGGGGGGGGGG. »(Yuki)

Le sol tremblait, les créatures vivant en forêt courraient dans tous les sens, même certaines chimères qui se cachaient dans la forêt passèrent devant nous sans nous regarder.

« J’ai l’impression que nous allons avoir quelques problèmes, j’ai envie de détruire tout ce qui se trouve ici. »(Ayumi)

La gnomide se réveilla en sursaut et tremblait comme une feuille.

« L’..L’Emperor arrive… »

Publicités

7 réflexions sur “Serment Chapitre 18: Le Péché de Bondart XII

Répondre à thelordgio Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s