Serment Chapitre 19: Le Péché de Bondart XII

Salut c’est Neito.

Alors aujourd’hui, dans ce chapitre, je vous raconte une petite histoire du passé.

Si jamais vous aimez ce genre de chose, n’hésitez pas à me le dire en commentaire.

Selon les réponses, je ferais peut être un ou deux chapitres hors série racontant plus en détails l’histoire écrite ^^.

Allez, je vous laisse avec le chapitre 19 de Serment.

 

Chapitre 19: Le péché de Bondart XII, Emperor, la naissance de Satan

(Narrateur Yuki)

Que s’était-il passé?

Je ne me souvenais pas de ce qu’il s’était passé après la mort de Mari.

Mon champ de vision était rouge, mais à première vue, j’étais toujours dans la forêt.

Que m’arrive-t-il?

Mon corps bougea sans que je donne la moindre directive, j’avais l’impression de regarder un écran.

« Tiens, tu es là? »

Cette voix m’était familière.

Soudainement, je me retrouvai plongé dans un espace sombre, où un être lumineux se tenait debout.

« Gardien? »

« Félicitations hihi »

« Je peux savoir pourquoi tu es si heureux? »

Le voir me donnait l’impression de revivre ma rencontre avec Albeim.

Comme lui, on ne pouvait voir que ses yeux ainsi que sa bouche.

« Ne reste pas debout hihihi. »

Son rire sadique n’avait absolument pas changé…

« Ça fait un moment que je ne t’avais plus entendu, je me demandais ce que tu devenais. »

« Tu sais, j’attendais juste le moment où je pourrais prendre le contrôle de ton corps. »

Il dit ça en ma présence, il n’a pas froid aux yeux.

« Mais tu as dépassé mes attentes. »

« Que veux-tu dire? »

Un large sourire se dessina sur son ombre dorée.

« Ressens-tu de la colère actuellement? »

« Non, attends, comment est-ce possible?! »

Je ne ressentais plus la haine ni la colère. Mari venait de mourir, mais je ne ressentais plus rien.

« Laisse-moi t’expliquer hihihi. Tu te trouves ici dans la chambre de ton esprit, quand les gens reçoivent un trop grand choc émotionnel, il arrive que certaines personnes viennent se réfugier dans ce genre d’endroit. »

« Et alors? Où veux-tu en venir? »

« En venant ici, tu ne te débarrasses pas de tes mauvais sentiments, mais tu les laisses à ton enveloppe charnelle qui s’occupe elle même de les extérioriser hihihi. »

Ce qu’il sous-entendait était clair comme de l’eau de roche.

« Mon corps se déplace simplement guidé par mes émotion négatives? »

« Exactement hihihi, j’espère pour toi que tes amis ne croiseront pas ta route. »

Merde, je ne fais plus la différence entre alliés et ennemis…

« Émilia! Qu’est -il arrivée à Émilia?! »

« Ne t’inquiètes pas, elle est saine et sauve.

Même si tu ne te contrôles plus, ton corps est conscient qu’elle est liée à toi, tu ne provoquerais pas ta propre mort en l’achevant hihihihi. »

« J’ai un peu pitié pour le village par contre hihihi »

« Pour quelle raison? »

« Maintenant que tu as pris ta forme d’Emperor, je ne pense pas qu’ils puisseent s’opposer à toi hihihihi. »

Ma forme d’Emperor? De quoi parle-t-il?

Je le dévisageai avec un air interrogateur.

« C’est vrai, tu n’es pas au courant de tout ça hihihi ignorant. »

Si son faciès n’était pas limité à sa bouche et ses yeux, j’aurais pu voir du mépris se dessiner sur son visage.

« Il existe 4 races de noble démon, les mogias, les Braer , les Sotiscas et les Faren.hihihi

Ils possèdent tous une capacité propre, mais je n’ai pas envie de m’emmerder à tous te les expliquer, donc tu chercheras par toi même. »

J’ai tellement envie de le frapper, cette ordure qui me regarde de haut.

« Et alors? Quel est le rapport avec les Emperor? »

« hihihi Les Emperor sont des êtres à part, il ne peut en exister deux identiques. Et pourtant, aussi étonnant que cela puisse paraître, toi et Albeim existez à la même époque, dans le même plan d’existence. »

Je suis de la même race que Albeim… c’est loin de me faire plaisir.

« Je vais te raconter une histoire hihihi.

Après la guerre entre le Domaine Divin et les Tréfonds, les trois factions décidèrent d’unir leur force pour sceller leur monde et empêcher qu’une nouvelle guerre éclate.

Ils n’ont malheureusement pas réussi à le sceller à jamais, une fois tous les quart de siècle, les portes de deux autres mondes s’ouvrent, permettant au deux camps de revenir sur Tilden.

Les habitants de Tilden ont appelé ce jour, le jour du renouveau.

Albeim, un jeune démon n’ayant jamais eu l’occasion de mettre les pieds dans l’autre monde, profita de cette journée pour se faufiler à l’extérieur des Tréfonds.

S’aventurer dans le monde de Tilden était un tabou, mais l’envie de découvrir ce monde dont il avait tant entendu parler était trop forte.

Les Tréfonds n’étant plus que des terres arides, il enviait les habitants de ce monde.

Après plusieurs mois d’observation, il avait appris que les habitants de ce monde ne sont pas différents de ceux des tréfonds.

Ils se faisaient la guerre entre eux, pour des raisons raciales, économiques ou par simple envie de combats. Ces êtres réduisaient en esclavage des personnes de la même espèce.

Ce monde était bien pire que les Tréfonds, c’est ce à quoi pensait Albeim, ce monde si beau était complètement corrompu.

Mais un jour Albeim rencontra une jeune paysanne au cœur pur dans ce monde.

Les années passèrent et Albeim s’était habitué à la vie ici.

Cette jeune fille était maintenant son amante et portait son enfant.

Il était pour ainsi dire l’homme le plus heureux du monde.

Malheureusement ce ne fut que de courte durée, 25 ans s’étaient écoulés et le jour du renouveau approchait.

Il voulait absolument passer le reste de sa vie ici, mais il n’avait aucun point d’attache dans ce monde.

Il ne pouvais plus continuer, l’exploit de réussir à vivre dans ce monde pendant 25 ans sans régénérer une seule fois son mana était déjà inimaginable.

Il prit donc une décision, il demanda à son amante de le suivre dans les tréfonds.

Celle-ci accepta ce qui le remplit de joie.

Pour ne pas changer sa routine, il partit chasser au petit matin du jour du renouveau.

Tout était normal jusqu’à présent, et après 25 ans il pouvait enfin sentir son mana asséché se revigorer. En fin de journée, il courut vers son village pour prendre sa femme et partir.

Mais le destin en décida autrement. Le village était ravagé par les flammes…

Il traversa le brasier dans le seul but de retrouver sa bien aimée.

Il ouvrit la porte de chez lui, mais c’était trop tard, elle était allongée sur le sol, 5 lances plantées dans son abdomen.

Avec le peu de souffle de vie qu’il lui restait, elle s’excusa auprès d’Albeim ‘Excuse-moi Albeim, je n’ai pas pu protéger notre enfant…’ lui dit-elle.

Rongé par la tristesse d’avoir perdu les êtres qui représentaient tout pour lui, il changea entièrement.

L’homme qui n’aimait pas les conflits et préférait la paix ne désirait plus que la vengeance.

Il ne lui suffit que de quelques jours pour trouver les coupables.

C’était un groupe de Chevaliers Humains ayant eu pour ordre de raser le village, car il ne rapportait plus assez au royaume.

À la vue de ces hommes marchant le cœur léger dans la capitale, Hymani, il éclata de rage. Il se transforma en démon supérieur détruisant presque la totalité de la Capitale.

Son pouvoir était démentiel, avec le peu de magie qu’il lui restait, il força l’ouverture d’un passage vers les tréfonds, chose qui n’aurait pas dû être possible. A lui seul, il avait surpassé la magie de Trois factions.

Et avant de partir, il fit une déclaration:

« Je suis l’Emperor, je reviendrais pour tous vous tuer, vous ne méritez pas ce monde éblouissant, les être corrompus que vous êtes n’ont rien à faire ici! Je vais nettoyer ce monde de vos âmes souillées et le reforgerai à mon image! D’ici là, vivez vos misérables vies vides de sens tant que vous le pouvez. »

Cette histoire marqua le début du Roi démon Albeim, il y a de cela 500 ans. »

Son histoire m’est familière…

« Son histoire a beaucoup de similitudes avec ce qu’il t’arrive en ce moment, pas vrai? hihihi »

« Tu as probablement raison, mais je ne deviendrais pas comme lui. »

 

***

(Narrateur Émilia)

Je devais me dépêcher de prévenir les autres.

Terrifiée, voilà ce que j’étais.

Yuki était maintenant incontrôlable.

Après avoir annoncé qu’il les extermineraient.

Il commença à changer, ses cheveux noirs descendaient maintenant jusqu’à ses genoux, ses doigts s’étaient tous changés en lames, comme si son but était d’empêcher le monde entier de l’approcher.

Des ailes de mana grise ressemblant à des flammes semblaient danser dans son dos.

J’ai essayé de tendre la main vers lui, mais je ne pus rien faire. Il me regarda moi qui me trouvais au sol, sans aucune expression sur le visage, les yeux vides.

Son aura me glaça le sang.

Après qu’il soit parti, je me dirigeai vers la sortie en titubant.

La pièce était recouverte de cadavres.

Des soldats que j’avais éliminé, les villageois ainsi que des enfants.

L’odeur qui s’en dégageait me donnait des hauts le cœur…

Mon épaule transpercée me faisait affreusement mal, mais malgré tout, je devais continuer d’avancer. Prévenir les autres du danger, était la seule raison qui me faisait continuer d’avancer.

J’activai le portail, mon corps devenu excessivement lourd, mes jambes s’arrêtèrent de bouger, me faisant traverser le portail en tombant.

Je n’ai plus de force…

L’utilisation de Fidélité puis la transformation de Yuki m’avaient vidé de toutes mes forces.

Je regardai la pierre écarlate se trouvant dans ma main, c’était la seule chose que Mari avait laissé derrière elle.

Pourquoi ai-je pris cette chose? Est-ce parce que je culpabilise d’avoir laissé Yuki tuer la personne qu’il aime?

Je tentai de reprendre mon souffle, la quantité de mana que Yuki absorbait était trop importante. L’impression qu’un être plantait ses mains griffues dans mon abdomen pour y extraire la moindre trace de mana, cette simple impression était effroyable.

Alors que je m’apprêtais à me relever, quelqu’un d’autre sortit du portail.

« Oh, tu es là, sale monstre. »

Je n’en croyais pas mes yeux, le chef des mercenaires se tenait devant moi alors que je l’avais tué.

« Tu sembles surprise de me voir ici, laisse-moi t’expliquer. »

Il me donna un coup de pied dans le ventre avant de me positionner sur le dos et de m’écraser la main droite tout en me regardant avec un regard satisfait.

« Ahh…… »

« Tu vois, les hauts gradés reçoivent un élixir spécial, mais son effet et un peu long à se déclencher, c’est pour cette raison que je n’ai pas été guéri tout de suite. »

J’aurais dû décapiter ce porc quand j’en avais l’occasion.

« Dis, peux-tu me donner ce qui se trouve dans ta main gauche. »

« Je ne vois pas de quoi tu parles, déchet. »

Je lui crachai au visage, son expression changea instantanément.

Son visage vira au rouge, puis il me rua de coup de pied en prenant un malin plaisir à viser toutes les zones où j’étais déjà blessé.

« Espèce de garce, à qui crois-tu parler?! »

Mon corps était en feu, des bleus me recouvraient l’intégralité du corps, je voulais le tuer, mais n’en avais plus la force…

« Hum je n’ai pas fait attention, mais tu es plutôt bien foutue. »

Il saisit mon décolleté, puis le déchira, laissant ma poitrine exposée à l’air libre.

« LÂCHE-MOI ! »

« Allons allons, ne sois pas si pressée, nous arrivons à peine à la partie intéressante. »

Il desserra sa ceinture et laissa tomber son pantalon au niveau des chevilles.

Son regard était écœurant, il lécha à plusieurs reprises mon cou ce qui me répugna au plus haut point.

Il mit sa tête entre mes seins, les renifla bruyamment avant de les lécher.

Sans pouvoir résister, les larmes commencèrent à couler.

Pourquoi suis-je si faible…

« À ce que je vois, tu es prête. »

Il retira son sous-vêtement, puis écarta mes jambes.

Non… non, s’il te plait Yuki, sauve-moi…

« Je vais être doux ma belle, ne t’inquiètes pas. »

Je ne veux pas que ma première fois soit avec ce porc…

Essayant de bouger dans tous les sens pour l’en empêcher, mon esprit sombra dans le désespoir…

Il approcha son sexe immonde de mon entrecuisse, je fermai les yeux, ne voulant pas ajouter la vue de ce monstre souiller mon corps à jamais à la souffrance que je ressentais.

« Je peux me joindre à vous? »

« Hein.. »

Le chef se retourna, puis la seconde qui suivi, sa tête sauta comme un bouchon de champagne qu’on aurait trop secoué.

Dans un geyser de sang qui éclaboussa ma peau nue, le corps sans vie de ce porc s’effondra sur moi.

Je ne savais pas qui s’était, mais je le remerciai de tout mon cœur…

Publicités

6 réflexions sur “Serment Chapitre 19: Le Péché de Bondart XII

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s