Royaume Gobelin Chapitre 52.33: Celui Qui A Choisi La Lance

Salut à tous,

Désolé pour la semaine dernière mais ça devient tendu avec le taf…

Aucune idée du rythme de sortie pour les jours à venir…Je pense pouvoir tenir le chapitre d’EDS, je sais pas encore pour le RG de vendredi.

Voilà, voilà! Souffrez mes misérables brebis, souffrez du manque et vous renaîtrez plus fortes!

Enjoy 😉

Exserra.

Chapitre 52.33: Celui Qui A Choisi La Lance

[Nom] Gi Ga Rax
[Race] Gobelin
[Niveau] 87
[Classe] Noble; Gardien.
[Compétences] <<Omnivore>> <<Instant Kill>> <<Rugissement Surpuissant>> <<Maîtrise de la lance C+>><<Jet de Lance>><<Adhérent du Roi>><<Âme du Guerrier>>.
[Divine Protection] Aucune
[Attributs] Aucun
[Condition Anormale] A cause de son bras droit et sa jambe gauche qui manquent, la puissance de combat est diminué de 60%.

 

◆◇◆

Après avoir dit au revoir au chef, Gi Ga remercia Gi Da, son aide personnelle depuis les derniers jours.

Puis, avec son arme en guise de cane, il marcha avec difficulté.

Le chef parti, il était maintenant le plus haut classé dans le village.

Malgré tout, il ne pouvait pas être compté dans les forces actives du village…un fait vraiment honteux.

De son bras gauche restant, il maniait la lance, et de sa jambe droite, il avançait tant bien que mal en sautillant.

Tout était compliqué à présent. Pour manger, il devait lâcher sa lance avant de pouvoir se servir. Pour tenir un objet, il devait planter sa lance dans le sol avant de pouvoir le saisir.

« Guu… »

C’est une blessure honorable faite en protégeant le roi. Il sait ça.

Il ne le regrette pas.

Mais lui et les autres gobelins ayant perdu des membres faiblissaient de jour en jour et les réserves de nourriture diminuaient. Si ça devait continuer, ils allaient mourir.

Aucun d’eux ne pouvaient marcher seul pour se nourrir.

C’était frustrant.

N’avait-il pas perdu qu’un bras et une jambe?

Pourquoi doit-il à mourir à cause de ça? Mourir paisiblement sans combattre…Ce n’est pas acceptable.

Le roi a dit…

« Tiens-toi à mes côtés une fois de plus, et bats-toi! »

Dans ce cas…alors!

Alors!

Son devoir à présent était de montrer au roi qu’il pouvait encore se battre.

Il grinça des dents.

Il mit de la force dans la lance qui lui servait de cane.

Puis l’utilisant pour se propulser, il libéra son corps des contraintes pendant un moment. Pendant ce court laps de temps, il mania sa lance, exécutant un coup de taille.

Un coup assez puissant pour stopper la brise du vent.

Mais ce fut tout. Après ce coup, son corps ne put récupérer son équilibre et il tomba au sol.

Ce faisant, il agrippa inconsciemment ses blessures.

« Gi, GiiGi »

Un feu l’envahit.

La douleur était si grande qu’il hallucinait.

La douleur se dispersa, et il prit une lente inspiration.

Il lui manquait une jambe. Qui aurait cru que ce serait si handicapant? Il n’y avait plus rien pour le maintenir debout.

Et avec un bras manquant, aucun moyen de récupérer son équilibre.

Il attendit que la douleur s’évanouisse. Une fois disparue, il se releva à l’aide de son arme.

Cette fois, il appuya son dos contre un tronc d’arbre et donna un coup de lance.

Mais il n’arrivait pas à mettre toute sa force dans les coups.

Que faire? Que devrait-il faire…

Il essaya, encore et encore, et rata à chaque fois.

Avant de s’en rendre compte, il était allongé sur le dos, regardant le ciel.

Il me manque un bras et une jambe…bien sûr que ma force allait me quitter…

Gi Ga ferma les yeux.

Je ne vais pas mourir, n’est-ce pas?

Lorsque je me réveillerai, je manierai encore ma lance.

 

◆◇◆

Lili avait plus de temps libre, n’ayant plus à s’occuper des réfugiés. Elle en profitait pour patrouiller dans le village. Si gobelins et humains se mettaient à se battre, les jours de peur et de stress reviendraient.

Elle voulait s’épargner cette situation.

Bien que ce ne soit pas très relaxant, Lili voulait profiter de ces journées.

« Lord Lili, y’a t-il un problème? »

C’est le manipulateur d’eau, Gi Zo, qui s’adressait à elle. Un gobelin avec l’apparence d’un humain. Une silhouette longue et fine, une peau rouge, un regard sournois et des crocs pointus sortant de sa bouche…Sans ça, il aurait pu passer pour un humain.

Vêtu d’un robe, il ressemblait à un érudit.

« Rien, je patrouille juste. Notre nombre a aussi augmenté donc ce serait embêtant si des tensions se créent. »

Gi Zo se mit à rire.

Pour Lili, ce rire évoquait la dérision, mais en vérité, le gobelin riait sincèrement. Comme prévu, le mur séparant deux races distinctes est épais.

« J’en suis reconnaissant. Après tout, le village n’est pas au plus haut. Et nous avons aussi des larves nouveaux-nés. Si Lord Lili patrouille le village, nous pouvons nous concentrer sur la chasse. »

Si quelqu’un l’écoutait parler, le gobelin ne pourrait être perçu que comme agréable.

Tant que vous ne regardiez pas son visage…

Lili écouta donc le gobelin en fermant les yeux.

« Oui, je vois que les choses sont aussi difficiles de votre côté. Merci pour vos efforts. »

« Oh, non, pas du tout, comparé à Lord Lili qui joue les médiateurs entre gobelins et humains, nos efforts ne sont pas si grands. »

Gi Zo sourit de ce qu’il pensait être un sourire aimable.

« Très bien, je me remets ne route. »

Alors qu’elle allait partir, Gi Zo l’interpella.

« Ah…Si ça ne vous dérange pas, j’aimerais vous demander une faveur. »

Quand Lili se retourna, elle trouva un sourire sinistre.

« Si c’est dans mes capacités, » répondit-elle.

« C’est à propos de maître Gi Ga Rax, » dit faiblement Gi Zo.

« Récemment, il a été aperçu s’entraînant à la lance dans un coin du village, jour et nuit…le voir comme ça est… »

« Hmm… »

Lili croisa ses bras, admettant que le comportement de Gi Ga était étrange.

Puis Gi Zo rentra dans les détails avec une expression perplexe collé sur le visage.

Lili a une bonne compréhension des principes fondamentaux régissant le monde des gobelins, notamment que c’était une société ultra hiérarchisée.

Ce que font les supérieurs n’est jamais à contredire. Et les autres doivent s’y plier.

Ce degré de hiérarchie apparaît parfois aussi dans la société humaine, mais gobelins et humains pensent différemment.

Gi Zo semble insinuer que les actions de Gi Ga ne sont pas correctes.

« S’il te plaît, calme le maître Gi Ga Rax, » dit Gi Zo.

« Je comprends. J’ai aussi ma part de responsabilité vis à vis de la situation, » répondit Lili.

« Alors, vous allez le faire!? »

Du désespoir à la joie; le changement soudain d’émotion de Gi Zo fit sourire Lili.

Il est plutôt facile à comprendre. Je suppose que c’est parce qu’ils n’ont jamais appris à cacher leurs émotions comme les humains.

De façon caricaturale, leur monde est celui des terres sauvages. Mais dernièrement, Lili commença à penser qu’un endroit où le mensonge n’est pas nécessaire était plus plutôt agréable.

« Prenez soin de maître Gi Ga. » dit Gi Zo en inclinant la tête alors que Lili se rendait voir Gi Ga.

Sur sa route, elle croisa Gi Da qui tenait sa lance derrière la tête.

Il semblait souffrir, et Lili l’appela.

« Lord Gi Da? »

« …Ah, humain…Lord Lili? »

Le petit gobelin rare, Gi Da, leva la tête pour confirmer que c’était la grande Lili.

« Tu sembles inquiet, puis-je aider? »

Contrairement à Gi Zo, celui là était clairement différent des humains.

Un visage ridé, le crâne chauve… il  n’avait rien en commun avec l’autre si ce n’est la couleur de leur peau. Comment pouvaient-ils être de la même race…

« Que devrais-je faire… »dit-il.

Il avait l’air au bord de la dépression. Lili plaça une main sur son épaule et lui parla doucement.

Elle n’aurait jamais pensé le faire auparavant, pourtant elle était là, accroupie pour rencontrer les yeux du gobelin.

« Ahh… » dit Gi Da, » comme prévu…Lord Lili est gentille. »

Gi Da soupira en disant ce qu’il pensait réellement.

Il continua.

« C’est à….propos…de maître Gi Ga, » dit-il.

« Si c’est pour ça, Gi Zo m’en a déjà parlé. »

« Vraiment!? » s’exclama Gi Da.

L’intensité de Gi Da surprit Lili et elle ne put s’empêcher de paniquer un moment, avant de se reprendre en main rapidement.

« Oui, il m’a demandé de mettre fin aux entraînements de Gi Ga. »

« C’est mal…ce que…maître Ga…fait… est juste. Ne peux-tu pas l’aider à récupérer sa jambe à la place? » demanda Gi Da.

« Récupérer sa jambe? » demanda Lili surprise, pensant avoir mal entendu.

Gi Da hocha la tête.

« La lance…est difficile sans jambes… » ajouta t-il.

La puissance vient des deux jambes plantées dans le sol. C’est vrai aussi pour le maniement de l’épée.

Quelques débutants essayent de frapper juste avec leurs bras, mais ce n’est pas bon. La chose la plus importante est le regard, puis vient le jeu de jambe.

Lili n’était peut être pas la meilleure épéiste mais elle comprenait bien l’importance que jouent les jambes.

Les pas de côtés…sauter…tenir debout. La puissance passe des jambes aux hanches, puis aux bras. Lili le savait par expérience et elle inclina donc la tête en réponse au gobelin.

« Je sais ça, mais… » dit Lili.

« Alors…Dame Reshia… »

Lili secoua la tête devant les yeux implorants de Gi Da.

« Malheureusement, c’est impossible même pour Dame Reshia, » dit-elle.

« Je vois. Merci, Lord Lili. »

Gi Da s’éloigna, toujours troublé.

« Merci, hin? Merde…que puis-je faire!? »

Même si ça ne lui ressemblait pas, son cœur se serra après les remerciements du gobelin, et elle libéra sa frustration dans le vent.

Devrais-je le faire arrêter?  ou continuer? Non, il devrait décider lui même. S’il doit garder le respect de ses troupes, il devra le décider tout seul.

Je veux consulter Dame Reshia.

Elle secoua la tête à ces pensées.

« Reprends-toi! cria t-elle. « Pourquoi comptes-tu sur Dame Reshia à chaque fois? »

Elle empoigna l’épée à sa taille, et ferma les yeux pour se calmer.

« Du calme, du calme Lili. »

La sensation du tissu enveloppant la garde de l’épée contre sa peau l’apaisa.

Elle n’avait jamais cru que faire un pas serait si difficile.

Mais elle fit ce premier pas.

Si elle fuyait, elle ne pourrait plus regarder Reshia en face. Elle trahirait aussi la confiance des gobelins.

 

◆◇◆

Comment décrire ce qu’elle voyait?

Il tombait à tout va…le seul mot pour le décrire était…maladroit ou pataud. Mais il endurait la souffrance. Et peu importe le nombre de chutes, il se relevait. Il possédait une âme noble, une de celle qui ne flanche pas devant l’adversité. Cette vérité sautait aux yeux de Lili.

La lance maniée par son long bras était rapide. Elle pouvait certainement tuer ses proies. Mais à cause de sa jambe manquante, chaque fois qu’il attaquait, il tombait en avant.

Mais il n’abandonnait pas. Il frappait et ramenait sa lance aussi vite qu’il pouvait pour la planter dans le sol avant de tomber.

On aurait dit qu’il n’était pas conscient d’avoir perdu un bras.

Son équilibre était mauvais, empirant la situation.

Haletant, son corps était recouvert de blessures et de crasse.

Mais même comme ça, il résistait. En voyant la scène, l’aventurière qu’était Lili ne put s’empêcher de sentir des émotions monter en elle.

En premier, ce fut l’étonnement. Puis…cela se changea en confusion. Consciente de ses émotions, elle s’avança calmement vers Gi Ga.

« …Que…veux-tu? » demanda Gi Ga, à bout de souffle, levant le regard vers Lili.

De son côté, Lili avait brandit son épée.

« Je le jure par l’épée, et j’interroge. »

La formule d’honneur d’un chevalier. Quand un chevalier jure sur son épée, cela signifie que le moindre mensonge entraînerait la mort.

La lame nu et polie de l’épée brillait comme un soleil.

« Pourquoi aller si loin? Pour le roi? Veux-tu tuer tes ennemis à ce point!? »

Gi Ga se releva à l’aide de son seul bras et s’assit, plantant ses yeux dans ceux de Lili.

« C’est pour tenir une promesse. Le roi m’a promis! De se battre avec lui encore une fois! »

Lili grinça des dents.

Je veux frapper ce gobelin.

« …veux-tu une jambe? »

« Ça serait le mieux. Mais même sans ça, je me battrai! »

Il était sérieux. Toutes ses actions le prouvaient.

Elle pensait avoir perdu. La force qui tenait son épée s’affaiblit, et le bout de la lame toucha le sol.

« Je viens de frapper ta lance. »

« Quelle insolence. »

« Gi Ga, je te défie en duel. »

« …J’accepte. »

« Dans 3 jours. »

« Très bien! »

Comme si elle fuyait, Lili courut rejoindre Reshia.

 

Note de l’Auteur:

Je vais écrire les trois prochains chapitres sur le village de Gi.

Je veux approfondir un peu le portrait des gobelins au plan secondaire.

5 réflexions sur “Royaume Gobelin Chapitre 52.33: Celui Qui A Choisi La Lance

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s