Royaume Gobelin Chapitre 54: Cavaliers de Paradua

Salut à tous,

Chapitre du soir, bonsoir.

Bon, c’est un peu tard, enfin sauf pour nous lecteurs québécois! Je vous invite à les huer puisque’ils liront probablement ce chapitre avant vous, petits français ensommeillés que vous êtes.

Bref, enjoy mes petites brebis francophones!

Exserra.

Chapitre 54: Les Cavaliers de Paradua

[Race] Gobelin
[Niveau] 8
[Classe] Lord; Chef de la horde.
[Compétences] <<Meneur de Horde>> <<Volonté de l’Insurgé>> <<Rugissement Surpuissant>> <<Maîtrise de l’Épée B+>> <<Cupidité Insatiable>> <<Âme du Roi>><<Sagesse du Chef I>><<Œil du Serpent Bleu>><<Danse Aux Portes de la Mort>><<Œil du Serpent Rouge>><<Manipulation de la Magie Lv2>><<Âme du Berserker>><<Triple Impact (triple chant)>><<Instinct>><<Sagesse du Chef II>>.
[Divine Protection] Altesia, Déesse des Enfers.
[Attributs] Ténèbres, Mort.
[Bête Subordonnée] High Kobold Hasu (Lvl 1), Loup Gris  Gastra(Lvl 1), Cynthia (Lvl 1) Roi Orc Bui (LvL 36).

 

◆ ◇ ◆

Dans l’obscurité de la nuit, alors que j’allais me retirer, un gobelin de Ganra se précipita vers moi.

« R-Roi! L’ennemi est arrivé! » dit-il, visiblement paniqué.

« Calme-toi, »répondis-je.

« Mais! »

Il essaya de protester, mais il ne put supporter l’aura de pression que j’exerçais, et finit par s’asseoir en face de moi.

Sa respiration redevenue normale, je le questionnai.

« Combien sont-ils? D’où viennent-ils? Je pensais avoir laissé Gi Za en charge… »

« O-Oui. L’ennemi vient de l’Ouest? Nous ne connaissons pas leur nombre mais ce sont les cavaliers de Paradua! »

L’Ouest, huh?

« Sont-ils venus nous attaquer? »

« N-Non… Ils se sont rassemblés à la limite du village et ne font qu’observer. »

« Je vois. »

Le gobelin essaya de protester une fois encore mais je le fis taire.

« Je devrais m’y rendre alors. »

Il est possible qu’ils soient de mèche avec les Gaidga et qu’ils attendent simplement leur arrivée. Mais peut être est-il encore temps de négocier avec ces Paradua.

Après tout, je préférerais éviter des guerres inutiles et épargner mes subordonnés.

Les Ganra s’attendent à une attaque prochaine des Gaidga et sont en état de crise.

« Interdiction de se battre avant mon arrivée. Mais s’ils commencent l’offensive, alors défendez-vous. Compris? »

« O-Oui. »

D’un coup de queue, je me relevai pour me mettre en route.

Bien…de quel genre sont-ils…ces cavaliers de Paradua?

Dans l’obscurité de la nuit, je marchais, indifférent aux ténèbres.

 

◆ ◇ ◆

Contrairement aux humains, les gobelins peuvent voir dans la nuit. Les ténèbres  nous sont familières.

« Ho … »

Les Ganra ont construit un mur d’enceinte autour du village en utilisant le bois et les lianes qui poussent naturellement dans les environs. Le village lui même est surélevé comparé aux terres avoisinantes, donnant une vue imprenable sur les assaillants.

Pour être précis, le mur était fait à base de liane et des jeunes arbres semés par leurs parents immenses. C’est là que je me tenais, au dessus de mes ennemis. Et la vision qui m’accueillit était spectaculaire.

« Alors, ce sont donc les cavaliers de Paradua, » me murmurai-je à moi même.

Sur le dos de bêtes magiques, se tenaient des gobelins, brides en mains.

Les créatures qu’ils montaient étaient des tigres à long poils. Leur fourrure était si épaisse qu’elle doublait la taille de l’animal, recouvrant même leurs gueules et leurs pattes. Leurs yeux, cependant, restaient visibles. Des yeux dans lesquels brillaient la lueur caractéristique des félins.

Ces animaux aux rayures jaunes et noires faisaient trois fois la taille de leurs maîtres.

Ils étaient alignés, encerclant le village en dégageant une aura impressionnante. Un spectacle qui plongerait les cœurs sensibles dans la détresse. Mais c’est la joie qui brûlait dans le mien!

—Il me faut ces cavaliers!

Ce désir ardent était comme celui de l’aventurier sentant le trésor derrière la porte d’un donjon.

Ces cavaliers étaient tout simplement irrésistibles à mes yeux.

« Est-ce vrai!? Les Paradua nous attaquent!? »

Le gobelin perturbateur n’était autre que Narsa, qui s’était hissée à un poste près du mien.

« Pas encore, » répondis-je calmement.

« Pourquoi n’es-tu pas plus paniqué!? se plaint-elle. »Si tu ne les attaque pas à distance maintenant, nous nous retrouverons bientôt sous les crocs de leurs bêtes! Ils sont différents des Gaidga, ils sont rapides! »

L’anxiété était visible sur tous les visages des Ganra alors qu’ils écoutaient l’échange entre Narsa et moi. On ne peut rien y faire, ils ont été attaqués il y’a quelques jours.

« J’attends le retour de Gi Jii » dis-je.

Gi Jii possédait le skill camouflage, je l’avais donc envoyé en repérage. Aucune raison d’initier l’attaque pour le moment. Même pour blaguer, je ne vois pas l’intérêt d’attaquer et d’exposer Gi Jii au danger.

Narsa se mordit les lèvres amèrement.

« Si cela tourne en bataille, je devrais emprunter la force des Ganra. Pour le moment, patiente. »

« …Compris. »

Voyant Narsa acquiescer, je soupirai de soulagement.

Quel ennui, pensai-je. Alors c’est ça d’avoir à supporter un subordonné qui n’est pas complètement dévoué à ma cause.

Devrais-je adopter avec elle une figure plus autoritaire, celle du chef dirigeant la tribu?

Hmmm…quoi qu’il en soit, je dois améliorer la situation.

Tôt ou tard, les gobelins se multiplieront. Le mieux serait d’avoir des gobelins qui comprennent ce qui est dans leur intérêt ou pas, et suivent mes ordres même sans m’être complètement dévoué. Mais nous n’y sommes pas encore. Nous n’en sommes qu’aux prémices, il faut d’abord instaurer une hiérarchie partant du sommet jusqu’à la base.

L’opinion des faibles et des autres à part la mienne n’est pas encore nécessaire.

… Comme je le disais, Gilmi devrait être en charge de la tribu Ganra. Mais comment faire…

« Roi, je suis de retour. »

La voix de Gi Jii me sortit de mes pensées.

« Alors? » demandai-je.

« Il y’a 30 gobelins de Gaidga au Sud, » répondit-il.

« Je vois. »

Comme je l’ai dit, les gobelins voient dans le noir.

Donc leur plan devait être de nous distraire par une attaque des Paradua pendant que les Gaidga nous prenaient à revers.

« Un cavalier de Paradua! » cria un gobelin Ganra.

Regardant en direction de cette voix, un cavalier solitaire s’approchait, ouvrant le chemin des négociations.

« C’est…Lord Aluhaliha? »

Les paroles de la princesse Ganra, Narsa, me firent sourire.

« Un homme aventureux, huh? »

Si tu veux jouer, alors je me joindrai à la partie.

« Bien. Narsa, pourquoi ne pas y’aller nous même. »

« Eh? Ne vont-ils pas nous attaquer par surprise? »

« Exactement. Et pour retourner la situation…appelle Gi Za. »

Gi Za avait déjà organisé ses troupes lorsqu’il arriva avec elles. Parmi eux, les troupes de Gilmi, tout aussi ordonnées que celle de Gi Za.

« Il semble que tu saches quoi faire. »

Un sourire sournois apparut sur le visage de Gi Za. Et je lui retournai le même genre de sourire.

La foule se rassembla et je donnai mes ordres à chaque groupes.

« Gi Go Amatsuki, Gi Gu Verbana, c’est malheureux, mais vous allez devoir m’accompagner. Ce ne serait pas approprié si je m’y rendais seul. »

« Compris. »

« Selon vos ordres. »

Le manieur d’épée courbe ayant reçu la protection du dieu de l’épée salua avec dignité en même temps que l’ancien leader du village.

« Peuple de Ganra, protège le village. Il n’y aucun besoin pour vous d’attaquer, mais ne faites rien qui indique à l’ennemi que nous avons peu d’hommes. »

Les gobelins pâlirent en inclinant la tête. Me retournant vers le groupe de Gi Za, j’annonçai.

« Gi Jii, ouvre le chemin. Le reste, suivez les ordres de Gi Za. »

Au village de Ganra, dans la Forêt des Géants Tordus, se leva le rideau d’une seconde bataille.

 

◆ ◇ ◆

Accompagné des nobles classe Gi Gu et Gi Go, ainsi que Narsa, j’allais à la rencontre des Paradua.

Le lieu des négociations sera le point à mi-distance entre le village et l’armée des Paradua.

L’endroit idéal en considérant la portée des arcs Ganra et la mobilité des cavaliers Paradua.

Et bien que c’était des négociations, nous étions tous armés.

J’avais mon Iron Second à l’épaule, Gi Go portait ses deux épées courbes dans leurs fourreaux à sa taille, Gi Gu son épée longue dans le dos et sa hache à la ceinture, alors que Narsa avait apporté l’Arc Météore.

Le représentant des Paradua montait sa bête magique gigantesque.

Un énorme tigre aux rayures noires et jaunes, le noir étant la couleur majoritaire. Ses yeux brillaient, reflétant la lumière de l’astre lunaire. Ses griffes fermement plantées dans le sol, l’animal exsudait une aura digne du roi de la forêt. Ses moustaches en cachaient une partie, mais ses larges crocs restaient bien visibles.

Le cavalier était un gobelin bleu.

Un classe noble. Les gobelins des tribus sont un peu différent de nous mais la couleur des classes reste la même.

Son visage était parcouru de rides, il n’était pas jeune et avait dû vivre bien des lunes. Même la fourrure qui lui descendait dans le dos avait viré au blanc. Un vieux gobelin.

Il tenait ses brides dans une main, l’autre placé sur une épée à sa taille. Les lèvres étirées en une mince ligne, il donnait l’impression d’une personne difficile à satisfaire. Il me lança un regard d’une telle intensité que l’air semblait vibré entre nous.

« Si jeune… » l’entendis-je murmurer.

Sa voix était grave, du genre à vous secouer de l’intérieur.

« Cela faisait longtemps, Lord Aluhahila, » entama Narsa.

J’avais chargé Narsa du rôle de porte parole, et je me contentai d’observer calmement l’échange.

« Roi, » murmura Gi Gu, à mes côtés.

Trois hommes escortaient Aluhaliha.

Tous à dos bêtes magiques. La retraite n’était pas une option, une seule solution était possible.

« Si ça tourne mal, liquidez les escortes, » dis-je.

Gi Gu inclina lentement de la tête en se mettant en retrait pour informer Gi Go de mes ordres.

« Qu’est-ce qui vous amène ici, Lord Aluhaliha? »

Aluhaliha renifla de dédain aux propos de Narsa, ses yeux s’étirant.

« Arrêtons cette farce ridicule… »dit-il.

Il était clair qu’il n’était pas amusé par la situation.

« Rendez-vous, » déclara t-il. « Faites le et j’épargnerai vos vies. »

« Paradua s’est-elle soumise à Gaidga? » demanda Narsa.

Les suppliques de Narsa se heurtèrent une fois de plus au dédain, à tel point que Aluhaliha semblait sourire de ses yeux sombres.

« Hmmph. Quelqu’un qui fait appel à un étranger pour régler un problème entre tribu n’a aucun droit de me critiquer. »

Il s’est donc bien rendu.

« Qu’est-il arrivée à la fierté des Paradua dont tu as hérité de tes ancêtres!? » clama Narsa.

Aluhaliha rit.

« Ce genre de choses…n’est bon qu’à jeter aux chiens! » rugit-il, la pression qu’il dégageait augmentant encore.

Alors que Narsa était prise au dépourvue, muette, je me préparai au combat à venir.

Ce gobelin veut se battre.

Bien…au moins, ses intentions sont claires. La seule question est de savoir si j’abandonne Narsa ici ou pas.

Elle est la seule raison pour laquelle la tribu Ganra refuse de s’offrir à moi.

En tant qu’armée, ce n’est pas bon d’être divisé.

Mais devrais-je la jeter aux lions pour autant? Cette action est-elle juste ou pas…la réponse est évidente.

Je suis le roi.

Lui qui a abandonné sa fierté n’est plus digne d’un roi, mais n’est qu’une pitoyable créature sans force.

Donc je la sauverai. C’est le moins que je puisse faire.

Aluhaliha a dû me voir sourire car il tourna son regard acéré vers moi.

« Jeune, si tu as quelque chose à dire, alors dis le. »

« Celui qui a perdu son honneur n’est pas un roi. »

Ses dents grincèrent.

« Gamin! » hurla Aluhaliha.

La soif de sang émanait clairement de lui à présent, les 3 gardes derrière lui sortirent leurs armes.

Pendant ce temps là, Narsa n’avait toujours pas émit le moindre son.

Gi Gu et Gi Go s’étaient positionnés devant moi.

Je brandis mon épée large, Iron Second.

Mon petit doigt…mon annulaire…mon majeur…chacun de mes doigts se refermaient tour à tour sur la poignée de mon épée, je mesurai la distance entre moi et l’ennemi.

La tension ambiante était à couper au couteau.

Les bêtes magiques commencèrent à grogner.

Puis soudainement, des cris résonnèrent dans le lointain.

Aluhaliha ne put s’empêcher de se retourner dans la direction des cris.

« Malheureusement pour toi, ton plan vient d’échouer, » lui dis-je.

« Quoi!? » me demanda Aluhaliha, avec un regard capable de faire blêmir un démon.

« Tu avais prévu de négocier avec nous pour laisser les Gaidga s’occuper du village pendant ce temps là, n’est-ce pas? »

Aluhaliha détourna le regard un instant, perdu dans ses pensées.

Les cris au loin commençaient à se rapprocher.

« …Nous faisons demi-tour, » dit Aluhaliha. »Les négociations sont terminées. »

Tirant sur ses brides, il s’en alla suivi par son escorte.

Le regardant disparaître dans la forêt, je demandai à Gi Go.

« …Qu’en penses-tu, Gi Go? »

« Si vous m’en donnez l’ordre, je le chasserai, mais… »

« Mais, quoi? »

« Il semble fort, » sourit férocement Gi Go Amatsuki.

« Et toi, Gi Gu? »

« Avec son escorte, il sera définitivement un adversaire coriace…Peut être même plus menaçant que les Gaidga, non? »

Je pensais la même chose.

Le vieux gobelin de Paradua, Aluhaliha.

Il est vieux, mais pas faible.

« Intéressant, » murmurai-je.

Si je pouvais les inclure dans mon armée, mon royaume ne pourra qu’en profiter.

« Nous rentrons. Narsa, toi aussi. »

Alors que j’interpellai Narsa, toujours bloquée, nous nous mîmes en route.

18 réflexions sur “Royaume Gobelin Chapitre 54: Cavaliers de Paradua

  1. Merci pour le chapitre et comme me dit souvent notre héro/roi goblin, VIVE LES POIRES !
    Hein ? Comment ça il ne dit pas ça ??!?
    Ba il devrait !
    Sur ce je retourne à mes poires.
    Poirlut a tous !

    J'aime

Répondre à nounours Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s