Chapitre 2 : Défiance

̶  Je crois que c’était la dernière…, dit Eve, essoufflée, en ajoutant une bûche supplémentaire sur la pile déjà préparée.

Elle s’assit ensuite un moment, et en profita pour arranger ses cheveux noirs et bouclés derrière ses oreilles.

̶  Pas trop tôt ! se plaignit Esh en se massant le dos avec ses mains frigorifiées.

Ils avaient dû aller couper tous ces arbres dans la forêt à la bordure du village, où le froid essayait encore et toujours de reprendre ses droits. Des couches de neige s’étaient même déposées sur les arbres, et leur tombaient sur la tête à chaque fois qu’ils les manipulaient. L’étape suivante fut de les hacher en plusieurs morceaux pour le bûcher de demain.

Deux ans plus tôt, cette tâche n’aurait pu être accomplie par eux deux seulement. Mais depuis qu’Evelle s’était engagée sur le Chemin, aussi appelé route de l’immortalité (mais vu que personne n’avait jamais accompli ladite immortalité, Esh trouvait le terme « Chemin » plus approprié), cela avait changé. Evelle possédait, à ce jour, la force d’un adulte, et pouvait soulever jusqu’à 90 kilos. La voir porter quelque chose de si lourd du haut de son mètre cinquante était d’ailleurs des plus surprenant ; en plus, elle était particulièrement mince, même pour une adolescente de quinze ans.

̶   Le soleil ne va pas tarder à se coucher. Va te rendre présentable pour le cours du soir avec père, dit-elle d’un ton bienveillant.

Si la demande était venue de Guéa, la sœur aînée de Esh, il aurait tout de suite rétorqué qu’il était bien comme il était, mais Esh affectionnait tout particulièrement Evelle, qui était toujours aimable et attentionnée. De seulement deux ans son aînée, elle avait su combler le vide que sa mère avait laissé le jour où elle était partie au nom de l’accomplissement de son Chemin (plutôt par pur égoïsme, selon Esh).

De retour dans sa chambre, il se regarda dans le miroir et y vit l’image d’un pré-adolescent à l’allure banale qui, du haut de son mètre trente, paraissait encore plus jeune que son âge réel. Ses cheveux noirs et bouclés étaient en pagaille, et remplis de brindilles, tandis que son visage, possédant toujours les rondeurs d’un enfant, était couvert de poussière, ce qui faisait ressortir la couleur de ses yeux marrons.

Un peu plus tard, Esh, Evelle et Guéa attendaient leur père en silence sur la terrasse. Mais au moment où le dernier rayon de soleil lança un ultime regard rempli de vie sur la vallée, arriva, de son côté opposé, une brise glacée.

Le bruit du vent parvint aux oreilles des villageois, et la plupart se tournèrent vers son origine en fronçant les sourcils, comme si cette brise annonçait l’arrivée d’un individu indésirable. Mais le doux bruit de la brise devint de plus en plus sonore, jusqu’à ressembler à… un rugissement, et la source de celui-ci se précisa de plus en plus nettement.

C’est alors que tous purent voir une tornade de glace, si gigantesque qu’elle détruisait même les nuages de glace sur son passage, tout en avançant inexorablement vers le village, telle une catastrophe inévitable. Elle était tellement majestueuse que, telle une promesse de mort certaine, elle ne laisserait aucun espoir à quiconque devant y faire face. Mais malgré cela, aucun des villageois ne parut s’affoler, comme s’il s’agissait d’un phénomène régulier qui, a force de tout le temps apparaître, était devenu banal.

Au moment où la tornade allait s’abattre sur Eden, la statue au centre du village commença à vibrer, puis une voix résonnante et puissante en surgit.

̶   DISPERSE-TOI !

Puis, une lumière violette émana de la statue et enveloppa le Grand Prêtre qui se tenait à ses pieds, l’entourant d’un halo de la même couleur, lui conférant un air de puissance. Il leva un doigt vers la tornade, et un fin rayon violet s’abattit sur la tempête.

Vue la taille disproportionnée de la tornade en comparaison avec le rayon, on aurait pu s’attendre à un effet des plus mitigé, mais il n’en était rien.

Avec un dernier rugissement, la tornade explosa de l’intérieur en faisant, au passage, jaillir vers le ciel une montagne de feu, suite à quoi le Grand Prêtre disparut pour… réapparaître juste devant Esh et ses deux sœurs.

***

̶  Bonsoir père, dirent immédiatement Evelle et Guéa de manière respectueuse, tandis qu’Esh se contenta de grommeler un vague « bonjour ».

̶  Asseyez-vous, et ouvrez vos bibles de l’Équilibre au chapitre 25, je n’ai pas beaucoup de temps à vous accorder ce soir, répliqua immédiatement leur père d’une manière sèche et froide, en regardant Esh de manière désapprobatrice.

̶  Sans Équilibre, point de pouvoir, de plus…

Le Grand Prêtre commença à lire les versets du chapitre de la semaine, et Esh se mit immédiatement à rêvasser.

Après tout, les dessins que formait le bois, qui constituait le sol de la terrasse, étaient bien plus intéressants que les versets de la Bible. D’ailleurs, à ses yeux, même les cours du vieux professeur étaient passionnants en comparaison de ces versets.

Son esprit dériva ensuite vers ce qui l’attendait la semaine prochaine, son treizième anniversaire emmenant avec lui sa cérémonie de la Responsabilité, qui marquera le début de sa poursuite du Chemin, ainsi que le passage à l’âge adolescent. Il attendait ce moment avec impatience, il en avait assez d’être plus faible que ses sœurs qui, d’ailleurs, ne manquaient pas d’en profiter à chacune de leurs disputes.

Il se souvenait tout particulièrement de la fois où il avait mis Guéa hors d’elle, en utilisant l’une de ses robes, afin de se construire un hamac dans l’arbre du jardin, hamac qui, malheureusement, n’avait pas manqué de se déchirer sous son poids, ce qui était d’ailleurs un comble pour une personne que l’on n’arrêtait pas de traiter de trop frêle pour son âge.

Surprise par le cri qu’il avait poussé durant sa chute, Guéa était sorti affolée, pour y découvrir ses vêtements déchirés sur le sol, avant d’entrer dans une rage détonnant de son comportement habituellement froid. Elle avait envoyé Esh dans les airs de toutes ses forces et il avait fait un vol plané mémorable de plusieurs mètres dans les airs, avant d’être rattrapé in extremis par son père. Et au lieu de réprimander sa sœur, son père n’avait pu s’empêcher de lui rappeler l’importance du respect des affaires d’autrui, et que l’emprunt d’un bien sans consentement était équivalent à un vol. Il n’avait ensuite pu s’empêcher de citer le verset 17 de la Bible qui démontrait que…

̶  Esh ! Qu’est-ce que je viens de dire ?! cria son père, avec pour résultat immédiat de le faire sursauter et d’interrompre ses rêveries.

̶  Heuuu… aucune idée, sûrement quelque chose en rapport avec l’Équilibre, répondit-il, sans même essayer de s’excuser.

En voyant la désinvolture d’Esh, Evelle ne put s’empêcher de glousser en silence, tandis que Guéa levait les yeux au ciel, exaspérée devant le manque de respect de son frère.

̶  Très bien, puisque c’est ainsi, tu partiras après demain avec Nééman pour chasser dans les grottes, peut-être que cela te permettra de réaliser quel destin t’attend, si tu ne tombes pas dans la grâce du Seigneur notre Père !

̶  Père ! Les grottes ne sont pas un endroit approprié pour quelqu’un qui n’a pas parcouru le Chemin jusqu’au niveau de Moumré, et encore moins pour un enfant ! protesta Evelle, affolée.

̶  Je ne te permets pas de remettre en cause ma décision. Une fille se doit d’écouter son père sans le remettre en question ! Esh est sur le point d’arriver à l’âge de responsabilité, mais n’en possède point. Il est grand temps qu’il grandisse et voit le mal dans ce monde, afin d’apprécier la bonté du Tout-Puissant de lui avoir donné une vie de paix et d’équilibre !

Esh écoutait son père, mais n’en revenait pas. Les grottes sont la principale source de viande d’Eden, mais elle n’avait rien d’un garde-manger. Il se souvenait parfaitement des histoires à faire glacer le sang à propos d’araignées géantes et de monstres de glace, que Nééman, le maître chasseur, lui contait quand il était petit. Son père voulait vraiment l’envoyer là-bas ?! Avait-il finalement décidé que la déception qu’il éprouvait à son égard était arrivée au niveau où il le préférait mort ?! Il se leva, en toisant son père droit dans les yeux, avec le regard le plus froid dont il était capable :

̶  Si cela est votre décision, qu’il en soit ainsi…

Puis, il partit en direction de sa chambre d’un pas rapide, sans même se retourner. Evelle partit à sa suite, le visage rongé d’inquiétude.

̶  Père…, commença Guéa, dont l’expression habituellement froide et placide avait viré au scepticisme.

Mais il la coupa immédiatement d’un geste de la main :

̶  Je sais ce que je fais. Il sera avec Nééman, l’un des guerriers les plus puissants du village, qui a achevé le deuxième Pas et se trouve donc au niveau maximal pour un Moumré. Il possède également de nombreuses années d’expérience. À part moi et l’Ancêtre, personne ne peut se targuer de pouvoir le battre en combat singulier, de plus…

Il lui jeta une amulette, apparue comme de nulle part entre ses mains.

̶  Tu lui donneras ceci. Mais ne lui dis pas que ça vient de moi, ni les réelles capacités de l’amulette, seulement que cela peut le protéger en cas de danger.

 

 

Bonjour, j’espère que vous avez aimé ce chapitre, n’hésitez pas a laisser des commentaires, bonne journée !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s