Chapitre 4 prt2 – Qui va à la chasse…

Joyeux Noël!

À cause de ses mains tremblantes, Esh parvint à peine à attraper les gants que venait de lui jeter Nééman. Son cœur battait à cent à l’heure, c’était la première fois que quelque chose le prenait en embuscade. Il espérait aussi que ça serait la dernière, mais il ne se faisait pas trop d’illusions.

Toujours secoué, il aida Nééman à charger les corps des araignées de glace sur Namer. Les cadavres dégageaient une odeur putride, qui transforma rapidement sa peur en dégoût, et le poussa à se demander s’il les préférait vraiment mortes plutôt que vivantes.

Deux heures de plus passèrent, durant lesquelles ils rencontrèrent de nombreux autres groupes d’araignées, mais ils n’étaient jamais constitués de plus de trois, de ces boules de poil bleu à huit pattes, ce qui était d’une facilité enfantine à gérer pour le Chasseur. Pourtant, il commençait à froncer les sourcils d’un air perplexe…

Alors que le treizième groupe qu’ils croisèrent encore plus bas ne contenait également que trois membres, Nééman s’arrêta.

̶  Il y a un problème, nous aurions dû rencontrer des groupes plus larges à ce niveau. C’est la première fois qu’après deux heures de chasse, une telle chose m’arrive.

̶  Et alors ? Certes, la chasse est plus lente, mais au moins elle est plus sûre, dit Esh, qui ne voyait absolument pas le problème.

̶  Le problème, c’est qu’il est possible qu’une autre espèce soit en train de prendre le contrôle de la zone, en exterminant les araignées de glace. Cela expliquerait leur manque d’effectif de patrouille.

̶  Mais tu m’as dit que des dizaines de milliers d’araignées occupent ces étages. Qui pourrait prétendre renverser autant de créatures !?

̶  Je ne sais pas, et ne compte pas non plus rester là pour le savoir. On remonte à la surface immédiatement ! dit Nééman, d’un ton moins serein que d’habitude.

Mais à peine eut-il fini sa phrase qu’un bruit, qui débuta comme un murmure avant de devenir fracassant, arriva à leurs oreilles. Si Esh devait en deviner la source, il penserait d’abord à une cascade s’éclatant contre le sol, avant de se dire que c’était bien sû impossible. Puis une idée bien plus terrifiante lui vint en tête : c’était des pas, des milliers et des milliers de pas.

Nééman invoqua immédiatement Namer, avant d’attraper Esh pour le placer à ses côtés sur le dos de l’Esprit. À peine chargé sur le tigre, Esh se retourna pour découvrir, avec horreur, des centaines d’araignées en train de foncer dans leur direction, à toute vitesse. Elles étaient trop nombreuses pour qu’Esh puisse les compter, et continuaient d’arriver aussi rapidement que l’eau de la cascade qu’il avait précédemment visualisée s’éclater contre le sol. Certaines sortaient même des crevasses du tunnel, et d’autres grimpaient depuis les parois du ravin qui se trouvait à leur droite.

Heureusement, Namer était légèrement plus rapide que la horde, et Esh crut qu’ils allaient arriver à distancer le danger, quand soudain…

« ROOAR ! »

Une créature qu’Esh ne se serait absolument pas imaginé croiser, leur avait rugi dessus, tout en bloquant leur chemin de repli : un lion.

Large de deux mètres, il ne possédait aucun aspect physique surnaturel, mis à part ses yeux verts aussi brillants que de l’émeraude, détonnant fortement avec son pelage blanc neige. Il dégageait néanmoins une aura de puissance qui pressurisa Esh, au point de lui donner l’envie de s’incliner devant la bête, tel un sujet devant son roi.

Immédiatement, les araignées arrêtèrent leur course folle. Si quelqu’un pouvait observer la scène avec du recul, il verrait un spectacle des plus singulier : un enfant et un géant barbu, sur le dos d’un énorme tigre faisant face à un lion, et derrière eux, des milliers d’araignées.

Tout ce beau monde se toisait silencieusement, la tension était palpable, et il était clair que la violence pouvait érupter à tout moment.

̶  Bon, je crois que l’on sait désormais qui a causé tous ces problèmes aux araignées de glace. On ne peut pas vraiment dire que tu portes chance mon garçon, dit Nééman, la mine déconfite.

Esh ne pouvait qu’être d’accord avec Nééman. Il se demanda comment, avec toute son expertise dans la lecture des étoiles, son père avait décidé de l’appeler Esh. Si l’on nommait certains nouveaux nés par des traits physiques ou des caractères particuliers, annoncés par les constellations, Porte poisse, ou Malchance auraient été bien plus appropriés dans son cas.

Ça a une certaine connotation plaisante à l’oreille, Malchance, peut-être devrais-je me le faire tatouer sur le front, ou mieux, me coudre un habit avec le mot brodé dessus. Cela pourrait même devenir un concept, qui sait…

……………………………………………………………………………………………….

Salut à tous, j’espère que cette partie de chapitre vous a plu, n’hésitez pas à laisser des commentaires XD, force et honneur à tous ceux ayant des partiels cette semaine 🤓

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s