Chapitre 6 – Responsabilité

La terreur que le garçon avait éprouvée, en voyant le lion apparaître, commençait à se dissiper. Si c’était la fin, il avait décidé de l’accueillir avec bravoure.

Tandis que le lion s’approchait lentement de lui, confiant que, cette fois, ses proies n’avaient nul échappatoire, Esh se leva afin d’accueillir la mort avec dignité.

Lentement et en boitant, la bête s’avança vers Esh, jusqu’à se retrouver à seulement une dizaine de centimètres du garçon. Il était désormais assez près pour que, malgré l’obscurité et le contraste de lumière, Esh puisse le voir clairement.

Dire que le lion était mal en point serait un euphémisme. La fourrure de l’animal avait viré du blanc au rouge, un rouge qu’Esh devinait n’être pas seulement le sang de la bête, mais également celui de ses victimes. Sa cage thoracique était visible du côté droit, elle était entourée d’une marque de brûlure, et Esh comprit que c’était la blessure que Nééman avait réussi à lui infliger. Une partie de son museau avait également était coupée par ce qui paraissait être un objet sphérique, et une demi lance était plantée dans le ventre de la bête. Le fait que l’animal était encore vivant surpassait toute logique…

Même s’il était résolu à mourir dignement, Esh ne put s’empêcher de trembler au moment où il sentit le souffle fétide du lion arriver sur son visage. Il ferma les yeux en attendant l’inévitable, quand soudain, il sentit une chaleur au niveau de sa poitrine… elle provenait de l’amulette.

Et alors que la gueule du lion ne se trouvait plus qu’à quelques centimètres de sa figure, du feu jaillit du pendentif sans crier garde, et recouvrit la bête qui poussa immédiatement un rugissement de douleur.

La scène macabre continua plusieurs secondes, qui semblèrent à Esh une éternité. Dans une odeur de brûlé, le lion tomba à terre, mais était si tenace qu’il respirait encore. L’amulette avait, quant à elle, complètement perdu sa chaleur, et paraissait désormais n’être qu’un bijou comme les autres.

En voyant la situation, Esh réalisa que c’était maintenant ou jamais. Sa seule chance de s’en sortir vivant était d’achever le lion avant qu’il ne puisse récupérer. Il prit son courage à deux mains, en se disant que sa vie et celle de Nééman dépendaient entièrement de lui.

Le cœur battant si fort qu’il n’entendait que lui, il s’approcha de la bête, et arracha la lance de son ventre. Il la brandit au-dessus de la tête du lion, et lui lança un dernier regard. Sa fourrure n’était plus que cendre, et il dégageait une odeur de viande cuite. Les yeux de la bête étaient redevenus verts, comme si, une fois au seuil de la mort, elle était redevenue en paix avec elle-même.

̶ Puisses-tu rejoindre l’Équilibre après ta mort, murmura Esh.

Il abattit la lance de toutes ses forces et, s’aidant de son poids, la poussa dans la bouche de l’animal qui, dans un dernier soupir, rendit l’âme.

C’était la première fois qu’Esh mettait fin à la vie d’un être vivant. Une fois la pression et l’adrénaline retombées, il fut pris d’un tremblement incontrôlable.

Il n’avait, après tout, que treize ans, et avant les épisodes de la grotte, il n’avait jamais eu à vivre de situations aussi intenses et dangereuses.

Après avoir repris ses esprits, il réalisa que la faim l’avait rendu fébrile ; cela devait faire environ une journée qu’il était entré dans la grotte. Il réalisa que cela devait être aussi le cas de Nééman. Il fouilla la veste du chasseur mais n’y trouva qu’un couteau de chasse. Esh savait ce qu’il lui restait à faire. En temps normal, Esh n’aurait jamais eu la force nécessaire pour découper une partie de la viande du lion. Après tout, celui-ci avait élevé sa résistance physique à un niveau supérieur à celui de Nééman, qui était pourtant le Moumré le plus puissant du village. Mais comme le lion avait été brûlé par le feu sorti de l’amulette, sa chaire était désormais assez tendre pour que cela soit possible.

Il coupa un morceau et essaya de le mettre dans la bouche du chasseur, mais comprit vite à quel point c’était stupide de sa part, vu que l’homme était évanoui, et donc incapable de mâcher. Il pressa donc la viande au-dessus de sa bouche afin que le sang y coule. Curieusement, cela redonna tout de suite des couleurs au visage de Nééman, auparavant pâle comme un linge.

Cela doit être comme avec la viande d’araignées de glace : certaines viandes d’animaux peuvent avoir des apports autres que la simple satiété, réalisa Esh.

Cette fois, au lieu de simplement presser la viande, il l’avala.

Une chaleur l’envahit, mais cette chaleur se transforma vite en un sentiment de brûler de l’intérieur. Son corps entier s’emplit de douleur, et il tomba par terre, recroquevillé sur lui-même, des gouttes de sueur coulant de son visage malgré le froid de la pièce.

Après un moment, la douleur disparut enfin, et une brève image apparut dans son esprit, celle d’un chemin si majestueux que s’y engager faisait l’effet de commettre un sacrilège. Malgré ce sentiment, il s’y engagea mentalement.

C’est alors, qu’à sa surprise, au lieu de se sentir malade à cause de ce qu’il venait d’ingurgiter, il se sentait plus fort qu’il ne l’avait jamais été.

Mon corps ne doit pas encore être assez puissant pour supporter convenablement la viande de la bête… mais je n’ai pas le choix, je dois devenir plus puissant afin de nous sortir d’ici.

Sur ce, il reprit une bouchée, avant de se tordre encore une fois de douleur. Quand il sentait que son corps commençait à craquer sous le stress, il arrêtait d’en consommer pour en donner à Nééman.

Des minutes, puis des heures passèrent ainsi…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s